Après le traitement de l’air des piscines, des élevages de lapin ou encore des amphithéâtres, Terraotherm s’attaque au traitement et à la dépollution des fumées noires de nos usines. Retour sur ses solutions proposées contre le gaspillage de l’énergie thermique et le réchauffement climatique.

«  Nous recyclons bien du verre, pourquoi ne ferions nous pas la même chose avec l’énergie thermique des bâtiments que nous laissons s’envoler dans l’atmosphère?» C’est la question que se sont posés fin 2011, Audrey Keunebrock et Jaouad Zemmouri, deux passionnés de technologies innovantes. Respectivement ingénieure de formation et chercheur enseignant à Lille 1, ils trouvent leur réponse en créant Terrao, un échangeur thermique air-eau. « L’air vicié chaud et humide d’un bâtiment est extrait puis envoyé dans une circulation d’eau. Le bullage provoqué par l’air entraine un transfert de chaleur dans l’eau. Cette énergie est reprise pour chauffer de l’air neuf. Ce système s’applique aussi à la récupération de l’air froid, pour climatiser de façon économique », explique Jaouad Zemmouri, président de Terraotherm. Il est donc désormais possible de recycler indéfiniment l’énergie de l’air d’un bâtiment.

Economie circulaire pour l’industrie, le tertiaire, l’agriculture, l’habitat

Création d’un système hydrolique pour l’usine Toyota de Valenciennes où sera récupérée la vapeur de buée.
Création d’un système hydrolique pour l’usine Toyota de Valenciennes où sera récupérée la vapeur de buée.

Depuis leur première installation en 2012, dans un élevage de lapins à Parenty dans le Pas-de-Calais, Terraotherm a posé des échangeurs thermiques dans des piscines comme à Neptunia à Haubourdin ou à Thalassa à Roubaix amenant une diminution de 20% par an de leurs factures de chauffage. «Pour séduire une clientèle, il faut qu’elle y voit un retour sur investissement rapide. Avec notre solution, cela est possible en 3 à 4 ans », confie Audrey Keunebrock. Terrao contrôle et gère aussi l’hygrométrie comme chez M&L à Calais, qui stocke des composants électroniques pour Alcatel. Situé en bord de mer, ce client a dû installer un échangeur pour réguler l’humidité de ses entrepôts et transformer celle-ci en chauffage par le procédé de condensation proposé par Terraotherm. Bientôt, la future serre passive Tropicalia à Rang-du-Fliers dans le Pas-de-Calais, sera équipée d’une installation Terraotherm. L’énergie thermique de l’air vicié de la serre sera ainsi récupérée pour chauffer l’air neuf entrant, permettant une ventilation optimale des locaux pour les végétaux et les animaux. Leurs clients restent pour l’instant des pros comme Dalkia qui a signé il y a deux ans, un partenariat pour se charger des installations et de la maintenance des échangeurs thermiques. Mais d’ici 3 ans, Terraotherm espère cibler le particulier en travaillant par exemple avec les grandes surfaces de bricolage.

Haro sur la pollution

En fervents défenseurs de l’écologie, le duo s’insurge contre le réchauffement climatique. Ils s’attaquent également aux industries polluantes avec Terraosave, qui utilise le même échangeur thermique Terrao mais dans une autre configuration résistante aux hautes températures. Ce système dépollue les fumées sortant des cheminées d’usines et en récupère l’énergie thermique. Il a déjà été installé sur 13 sites en France, dont des chaudières à biomasse ou gaz d’usines ou de chaufferies municipales à Creil et à Abbeville en Picardie, où il a fait diminuer d’un tiers la consommation de bois. Utilisable même pour les fumées à hauts débits, Terraosave capte à la fois la pollution gazeuse et l’énergie. Celle ci est ensuite réutilisée en interne ou à la revente. Séduit, Poujoulat, fabricant français de cheminées basé dans les Deux-Sèvres, vient de prendre une licence.

Traiter l’air du métro parisien

Après avoir installé en 2016 leur usine de production d’échangeurs thermiques à Grande-Synthe, les deux entrepreneurs se lancent aujourd’hui dans l’international en démarrant l’export d’échangeurs vers Dubaï, là où il y a une logique de refroidissement de l’eau de ville. Déjà installés avec quelques marchés en Pologne, au Benelux et en Grande Bretagne, ils visent d’ici quelques années le marché chinois, plus gros pollueur industriel mondial. Labellisé par la fondation Solar Impulse, leur échangeur thermique Terrao est référencé parmi les 1 000 technologies bonnes pour la planète. « Dans l’innovation, face à la concurrence, il faut se faire un nom très vite, explique Audrey Keunebrock. Par exemple, nous sommes partenaires du Pôle d’excellence régional Energie 2020 créé par la Région et la Communauté urbaine de Dunkerque. Ce réseau est important pour déclencher des opportunités d’affaires ». Toujours avec le soutien de la CUD, Terraotherm s’implique dans l’appel à projet national Territoires d’innovation grande ambition (TIGA) qui vise à accompagner les territoires dans leur transformation économique et énergétique. « Ce qui nous manque maintenant c’est peut-être une reconnaissance publique, confie-t-elle. On essaie de sensibiliser le ministère de la Transition écologique, on est présent sur toutes les Conférences des Parties (COP)…». Sa voix commencerait-elle à se faire entendre du côté de Paris ? Terraotherm vient d’être désignée lauréate d’un appel à projet lancé en mars par la Région Ile-de-France en partenariat avec la RATP, la SNCF, Airparif et Ile-de-France Mobilités pour effectuer des phases de test de traitement de l’air du métro parisien.

La fiche
Site d’exploitation:
1 000 m² à Grande-Synthe
Siège : Villeneuve d’Ascq
Création : décembre 2011
CA 2018 : environ 3,5 M€
Effectif : 33 personnes
10 brevets

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.