A Fretin, la plateforme de traitement de déchets de bétons et de scories d’ordures ménagères investit pour un développement durable des Travaux publics

C’est « La plateforme est la plus avancée techniquement en France. Nous sommes aujourd’hui avant-gardistes ! ». Patrick Dessauvages n’est pas peu fier du travail accompli depuis 10 ans. Après 15 millions d’euros d’investissement sur la décennie, le dirigeant poursuit son programme. 1 million vient d’être consenti pour l’acquisition d’une nouvelle installation de traitement de ferrailles pour le compte de PréFerNord, l’une des deux entités qu’il dirige avec Recyclage des

Matériaux du Nord (RMN). Avec l’arrivée de sa nouvelle unité, il est désormais en capacité de produire 15 à 20% supplémentaire d’un produit pauvre en cuivre, plébiscité par ArcelorMittal Dunkerque. De quoi répondre à un besoin mais aussi se positionner auprès des autres usines du sidérurgiste, en Allemagne et Espagne notamment.

Nouveaux relais de croissance

C’est que pour garder une longueur d’avance, la plateforme nordiste mène divers projets de front. En partenariat avec l’Ecole des Mines de Douai, PréFerNord travaille sur la création d’un sable à partir de mâchefer. Ce dernier résulte des scories de la combustion des usines d’incinération des ordures ménagères. Il est initialement utilisé comme matériaux de remblais et couche de forme pour les travaux publics. Avec cette conception, il s’agit de trouver de nouveaux débouchés pour rester dynamique et anticiper les bouleversements de demain.

« Dans les prochaines années, nous ne sommes pas l’abri d’une pénurie de sable », évoque le dirigeant. Surtout, Patrick Dessauvages n’oublie pas de prendre en compte la diminution du nombre de chantiers de travaux publics, grevés par les restrictions budgétaires de l’Etat et des collectivités territoriales.

Déjà confrontée à une crise en 2009 alors que les aciéries européennes sont à l’arrêt, PréFerNord part à la recherche de nouveaux relais de croissance. Elle se lance alors dans un business étonnant : le lestage de cargos. « Nous commercialisons des ferrailles incinérées pour alourdir les bateaux lors de leur retour à vide en Asie, notamment en Inde, Cambodge, Bangladesh et Vietnam ». Une activité qui constitue aujourd’hui 10% du chiffre d’affaires.

Béton 100% recyclé

« Depuis quelques mois, nous sommes aussi les seuls à proposer un béton 100% recyclé pour les bordures et dallages ». Issu de la valorisation de bétons, la spécialité de RMN, le produit présente des propriétés similaires aux matériaux classiques, l’alibi développement durable en plus. Fondée il y a 30 ans, RMN traite aujourd’hui 250 Kt par an de déchets de chantier, bétons, tuiles, briques et autres gravats. Objectif : transformer ses résidus en matériaux de remblais, d’assises de chaussée, de couches de forme et autres lits de pose pour les travaux publics.

Propriété d’Eiffage, directement cliente, l’entreprise réalise 60 % de son chiffre d’affaires auprès de PME régionales.

« Rien ne se perd tout se transforme »

Ce pourrait être la philosophie portée par l’écosite de Fretin. Actuellement, 500 Kt sont transformés chaque année sur un ensemble total de 12 hectares. « Moins de

0,5 % de déchets repart, le reste est totalement réutilisé. En 20 ans, nous sommes passés d’un chantier de recyclage à une véritable plateforme de valorisation industrielle », décode le patron. Ce dernier se félicite d’avoir mis son savoir-faire au service du plus gros chantier de mâchefer en France. 110 Kt ont en effet été nécessaires pour construire le contournement de la Chapelle d’Armentières. Et la crise du BTP dans tout ça ? « On la ressent légèrement, mais pour se démarquer, certains font appel à nous pour nos co-produits ».

PréFerNord, détenue à 49% par Eiffage et à 51% par Véolia, repose sur une véritable complémentarité avec RMN. Elles réalisent à elles deux, 25 millions d’euros de CA et emploient 40 personnes sur un site classé.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.