Embauché en 1974 comme métreur-conducteur chez Cathelain, René Dontgez a gravi les échelons de cette entreprise de construction basée à Hermies jusqu’à en devenir le directeur en 1992. Inlassable défenseur des vertus de l’apprentissage, ce patron social a pris sa retraite à 63 ans mais conserve ses mandats à la Fédération régionale des Travaux publics.

Il peut bien l’avouer maintenant. Quand René Dontgez est entré chez Cathelain il y a tout juste 40 ans, ce n’était pas la boîte qui lui proposait le meilleur salaire. Il a pourtant choisie cette entreprise familiale sans état d’âme. « Lors de mon embauche, le patron Achille Cathelain m’a d’emblée promis qu’il allait me trouver une maison à proximité » se souvient René Dongetz. Un paternalisme qu’il continuera à défendre quand il prendra dix-huit ans plus tard, les rênes de l’entreprise lors de son rachat en 1992 par Gagneraud. « Accessible », « social », « ouvert »…Autant de qualificatifs qui revenaient avec insistance dans la bouche de des collaborateurs de René Dontgez lors de sa cérémonie de départ à la retraite.

« Sans jamais être le patron, j’ai eu la chance d’avoir des actionnaires qui m’ont permis de mener une carrière d’entrepreneur et qui me faisaient confiance pour développer la société sur le long terme », confie ce fils d’agriculteurs d’Hesdin qui n’a jamais oublié certaines vérités de la terre : « On va directement aux choses, mais on est patient. Quand on plante une graine, on sait qu’elle mettra six mois à germer ». Rien d’étonnant dès lors à ce que René Dontgez se soit tant investi pour la formation des jeunes tout au long de sa vie. Dans son entreprise d’abord (sur les 350 salariés de Cathelain, 70 sont issus de l’apprentissage), mais aussi au sein de la FRTP dont il préside la commission Enseignement-Formation.

C’est d’ailleurs en raison de son action déterminante pour développer les relations entre l’Education nationale et le monde économique qu’il avait reçu les palmes académiques en 2011.

Présent lors de la cérémonie, le PDG de Gagneraud, maison-mère de Cathelain a salué la brillante carrière de René Dontgez, tout en s’assurant auprès de sa femme Chantal et de ses cinq petits-enfants qu’il pourra encore effectuer quelques missions au sein du groupe. Preuve supplémentaire, s’il en fallait, de ses compétences et de son apport extraordinaire à une entreprise qui lui doit beaucoup.

Changement de tête… dans la continuité

« Je serai toujours présent pour conseiller mon successeur ». Eric Delamotte est prévenu. Il pourra toujours compter sur celui dont il est le bras droit depuis 25 ans. Nul doute que ce nordiste natif de Courrières, entré chez Cathelain en 1989 en tant que technicien études de prix sollicitera son mentor pour présider aux destinées d’une entreprise prospère placée sous la houlette de Benoit Heitz, directeur général de Gagneraud également présent à Hermies. Comptant 378 salariés dans la région, Cathelain compte également dans la région l’entreprise de construction Novebat rachetée en 2002, mais aussi la carrière de calcaire Secab à Bellignies, depuis 2010. L’entreprise est également associée à CG2I, concepteur et réalisateur d’immobilier professionnel et dirigée par Eric Delamotte depuis 2008.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.