L’entreprise seclinoise détecte et cartographie les réseaux souterrains. En forte croissance, NAT endosse aujourd’hui une double casquette : celle de prestataire d’aides à la gestion de documents de chantiers et centre de formation.

Par Marie Boullenger

Thibault Nicollet crée la société NAT (Nord Avenir Technologies) à Seclin en 2016 avec seulement trois collaborateurs à son bord. Quatre ans plus tard, il dirige une équipe de 60 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 3,8 millions d’euros.

« Si on m’avait dit qu’on en serait là aujourd’hui, je n’y aurais pas cru » confie le dirigeant qui table sur 15 millions d’euros de chiffre d’affaires à horizon 2023. Le groupe qui intervient principalement en Hauts-de-France mais aussi en Normandie et en Ile-de-France, s’est spécialisé dans la détection, la géolocalisation et la cartographie des réseaux souterrains d’eau, de gaz, d’électricité et de télécommunications.

A l’aide de matériels électromagnétiques et de radars géophysiques, NAT scanne les sous-sols et peut dépister toutes sortes d’anomalies. « Nous assurons la sécurité des intervenants en amont des chantiers. Nous évitons par exemple de rompre une conduite de gaz ou encore de démolir des réseaux électriques lors de travaux de terrassement » détaille le chef d’entreprise.

Une fois les réseaux détectés, NAT les géolocalise et les cartographie : « Il y a encore dix ans, la cartographie ne se faisait pas. Aujourd’hui, nous transformons les données à l’aide de logiciels de dessin pour qu’elles soient exploitables. C’est un marché qui a pris beaucoup de valeur ces dernières années ». La partie bureau d’études qui facilite notamment les projets d’extension ou encore le déploiement de la fibre, a connu une croissance fulgurante. De quoi pousser Thibaut Nicollet à diversifier son offre.

Large palette de services

En 2017, le dirigeant nordiste s’aperçoit que la gestion de documents de chantiers est une corvée pour les entreprises de travaux. De ce constat, il lance une prestation d’aides afin de centraliser tous les documents relatifs au commencement de travaux. « Nous intervenons entre les entreprises et les concessionnaires afin de faciliter les échanges. Cette prestation de services est un gain de temps et d’argent considérable pour nos clients ».

En séduisant très rapidement le Groupe SFR pour qui elle gère près de 8 000 demandes quotidiennes, la société seclinoise connaît un développement express. Enfin, et puisque rien ne semble arrêter Thibault Nicollet, NAT a lancé son propre centre de formation ciblé sur la sécurité des chantiers. Que ce soit des collaborateurs en interne ou des personnes extérieures, la société propose des formations sur les habilitations techniques, la détection de réseaux ou encore sur la réglementation anti-endommagement. Le centre de formation vient donc compléter l’offre globale de NAT et représente aujourd’hui 100 000€ de chiffre d’affaires.

Face à la concurrence dans chacune de ses branches, le dirigeant estime se distinguer par sa stratégie d’offre regroupant tout un panel de services.

Thibaut Nicollet, dirigeant de NAT.

Maillage national

Dans son portefeuille clients, NAT compte à la fois des collectivités, des petites et moyennes entreprises ainsi que de nombreux concessionnaires de réseaux. On retrouve parmi eux Engie, GRDF ou encore Suez. Avec un carnet de commandes plein, le dirigeant se dit confiant pour la suite. Début 2020, NAT a ouvert une agence à Compiègne et s’apprête à en ouvrir une deuxième en Normandie d’ici quelques mois. Afin d’être au plus proche de ses clients implantés horsrégion, NAT possède également trois bureaux à Paris, Marseille et Lyon.

D’ici 2023, Thibaut Nicollet espère couvrir l’ensemble du pays : « Notre ambition est de poursuivre notre développement local et assurer un maillage national ». Malgré un arrêt de l’activité pendant le confinement, l’entreprise devrait atteindre 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020. A l’étroit dans ses locaux actuels de 500 m2 à Seclin, l’entreprise déménagera en septembre 2021 du côte de Lesquin dans un bâtiment en bois de 2 000 m2 .

Cette future implantation s’accompagnera d’un recrutement massif. Thibaut Nicollet affiche clairement ses ambitions d’ici 2023: passer de 60 à 300 collaborateurs à l’échelle nationale et tripler le chiffre d’affaires.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.