Forte d’une équipe de 93 salariés, le spécialiste de la charpente affiche des reins solides grâce ses 15,8 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et jouit d’une reconnaissance qui le pousse encore à grandir.

La pandémie n’a pas stoppé tous les investissements. Malgré un contexte qui rebat les cartes, Goudalle a tout de même procédé, pendant le confinement, à une extension de 600 m2 de ses bureaux et à un agrandissement de 600 m² pour son atelier de maçonnerie.

Connectez-vous pour lire la suite

« Nous prévoyons de relancer une salve d’investissements avec l’achat d’une nouvelle machine pour assurer une augmentation de cadence dans le tertiaire et mieux mécaniser la production », raconte Anne-Cécile Goudalle.

La directrice générale du groupe prévoit toutefois une nouvelle étude de la stratégie clients au vu des chamboulements imposés par le Covid-19. Ce nouvel environnement de travail vient compléter un parc de trois machines chacune dédiée à un type de produit : le panneau CLT, utilisé dans les constructions tertiaires et publiques, et deux autres dédiées à du poutrage. « Deux de nos machines ont été changées en 2016 pour 800 000 euros d’investissements, c’est l’année où nous avons signé un contrat d’exclusivité avec un promoteur lillois pour un million d’euros », conclut Anne-Cécile Goudalle.

Un engagement, témoin de la reconnaissance dont jouit l’entreprise de la Côte d’Opale. Tout comme ce Prix régional de la construction bois 2020 décroché en octobre dernier pour la construction d’Urban Lodge à Villeneuve d’Ascq et ses 3 000 m2 portés par le promoteur Tereneo et JVC Architecture.

QUATRE EXPERTISES

L’entreprise, spécialiste de la charpente (traditionnelle, lamellé-collé, structure contrecollée grande portée), de la menuiserie, de la maçonnerie et de la couverture, œuvre majoritairement dans le grand Nord de la France. « Nous couvrons par nous-mêmes le maximum de nos besoins. La locomotive, c’est Goudalle Charpente. C’est la société socle qui trouve les marchés. L’ensemble de la chaîne est la plus intégrée possible pour être la plus flexible : nous fabriquons, calculons, transportons et posons nous-mêmes », revendique la dirigeante.

Dans cet ensemble, Goudalle Charpente enregistre un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros pour un effectif de 42 salariés, le cabinet d’études CBCO, 4,4 millions d’euros pour une équipe de 38 personnes, et la Société Nouvelle Goudalle Maçonnerie ambitionne les 2 millions d’euros pour 13 collaborateurs (ndlr : 1,4 million d’euros de CA sur le dernier bilan). « L’un de nos atouts est de répondre en intégré à des marchés : un seul interlocuteur par chantier. C’est une force, nos clients savent qu’ils n’auront à traiter qu’avec une seule personne ». Et ce grâce à des entités fonctionnant en complémentarité.

Le bureau d’étude nous a permis d’industrialiser notre process de fabrication pour accéder à des marchés beaucoup plus importants

Anne-Cécile Goudalle, dirigeante de Goudalle

La moitié du chiffre d’affaires de CBCO, créé en 2002, vient des chantiers de Goudalle Charpente, l’autre, de la vente aux entreprises qui fabriquent et livrent en France avec une flotte de deux chauffeurs qui tournent à plein temps. « Le bureau d’étude nous a permis
d’industrialiser notre process de fabrication pour accéder à des marchés beaucoup plus importants », se félicite aujourd’hui l’entrepreneure.

CLIENTÈLE VARIÉE

Alors que le monde agricole, marché historique, représente 30% du chiffre d’affaires, le secteur privé (le tertiaire, les bâtiments commerciaux et bureaux d’entreprises pour 25 à 40 000 m² par an mais aussi les crèches d’entreprises) totalise 35 % du CA. Les marchés publics (collèges, groupes scolaires, salles de sport, etc.) conservaient il y a quelques mois encore 35% de part d’activité, mais le contexte lié à la crise du coronavirus va bousculer cette répartition.

« L’activité qui présente le plus de potentiel est la fabrication et la livraison de charpentes prêtes à poser. C’est 50% de ce que l’on fabrique à destination des clients extérieurs », rapporte Anne-Cécile Goudalle qui explique le maintien d’un bon carnet de commandes par la diversité des chantiers en réalisation. « Cette clientèle variée, c’est ce qui nous a permis de transférer des chantiers à l’arrêt pendant le confinement sur des chantiers en stock. Par les temps qui courent, la diversité est notre force. »

Virginie Wojtkowski

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.