C’est dans leur maison, à Marcq-en-Baroeul, qu’une quinzaine de mandataires «historiques» de la FFB Nord-Pas-de-Calais se sont vu rendre un hommage de la profession. L’occasion pour le président en exercice Olivier Tommasini d’appeler les entrepreneurs à s’investir. Et pour des personnalités de la région de témoigner sur leur engagement.

 

Certains ont passé totalement le relais, d’autres sont encore dans la course. Leur point commun ? Avoir investi beaucoup de leur temps, professionnel et personnel, au service de la profession, comme porteur de mandats de la Fédération française du bâtiment. Ces dizaines d’entrepreneurs qui chaque jour représentent la fédération dans les instances où elle joue un rôle. Olivier Tommasini, président de la FFB Nord-Pas-de-Calais et Jean-Philippe Dubiquet, qui coordonne leur travail au quotidien, ont souhaité leur rendre hommage lors d’une soirée, le 5 février dernier en salle Caroni à Marcq-en-Baoreul. Mais avant d’avoir leur statuette et les honneurs de la salle, ils ont pu écouter le témoignage de grands mandataires régionaux. D’abord par vidéo interposée, ceux de Jacques Chanut, président national de la FFB et Philippe Vasseur, président de la CCI Nord de France.

Témoignages

Puis lors d’une table ronde animée par la Chronique où Yvonne Tassou, présidente de la CGPME régionale, et à ce titre à la tête de l’Ursaff, a pu raconter son engagement syndical. Frédéric Motte, passé de l’investissement politique à celui du Medef régional, est revenu sur les ressors de l’engagement syndical, finalement dans les gènes même de tout entrepreneur. Philippe Hourdain, président de la CCI Grand Lille a insisté sur l’importance sur renouvellement des générations, ce que n’a pas contredit Patrick Outters qui voit son fils prendre des responsabilités syndicales parallèlement au contrôle de l’entreprise. Alice Gevaert, dirigeante de Reseelec, mandataire… et jeune maman depuis quelques mois sait mieux que personne comment gérer un agenda ! Elle affirme que l’engagement n’est qu’une question de priorité.

Aucun ne veut voir dans le mandat un fardeaux supplémentaire, mais plutôt une chance d’apporter à la profession une vision. Sans oublier qu’il est aussi un moyen sans pareil de s’enrichir, de développer une expertise forcément utile à l’entreprise. Sans conteste une opération gagnant-gagnant !

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.