Arrivé il y a peu dans l’entreprise familiale Menuiseries d’Artois à Noeux-les-Mines, Maxime Danna s’est rapidement investi au sein de la FFB en prenant en main le groupe des jeunes Hauts-de-France. Il est aujourd’hui président des Jeunes dirigeants Hauts-de-France.

 

Quelle est votre mission chez Menuiseries d’Artois ?

Après une expérience entrepreneuriale dans le textile, j’ai rejoint l’entreprise familiale en 2015. J’y assure, entre autres, la fonction de responsable commercial et me prépare à en reprendre les rênes.

Comment est né votre engagement syndical ?

J’en ai discuté avec mon père, lui-même président de la chambre territoriale Lens-Artois. En 2017, j’ai participé au séminaire national des jeunes dirigeants. Le groupe des jeunes n’était alors pas structuré dans les Hauts-de-France. Au terme d’une élection, j’ai donc été choisi pour trois ans pour piloter ce groupe régional. En parallèle, j’ai intégré le comité de pilotage des jeunes au niveau national. Là, nous travaillons directement avec le président Jacques Chanut pour animer la communauté des jeunes FFB, la structurer et préparer la relève des mandataires.

Quels sont les axes de votre programme ?

Il s’articule autour de trois grands thèmes : le recrutement, l’accompagnement et l’accès aux mandats. Il s’agit, au travers du maillage des groupes de jeunes et via des outils mutualisés, de proposer à la nouvelle génération d’entrepreneurs un nouveau chemin vers des services adaptés à leurs problématiques mais également, s’ils le souhaitent, vers leur futur engagement syndical. Au cours des derniers mois, nous avons développé avec le comité de pilotage national une plaquette de présentation des groupes de jeunes dirigeants. Cet outil, qui accompagnera bientôt nos chargés de missions FFB, formalise un service supplémentaire pour nos adhérents.

A titre d’exemple, c’est la possibilité pour un nouvel entrant de développer rapidement un réseau professionnel, de connaître les services proposés par la FFB mais surtout de participer à des formations/ateliers liés aux mutations du secteur. Puis, au travers des mandats qui pourront lui être proposés, c’est aussi la possibilité d’avoir une meilleure compréhension du fonctionnement de la Maison FFB et de prendre conscience du rôle qu’il peut y jouer  !

Les jeunes sont-ils réceptifs à votre démarche ?

Le plus compliqué n’est pas de faire venir à la première réunion, mais plutôt à la seconde. A nous de susciter l’intérêt et l’implication au long cours. Le secteur du bâtiment évolue. Les chefs d’entreprises d’aujourd’hui sont porteurs de nouvelles valeurs. Contrairement à leurs aînés qui étaient davantage centrés sur la transmission des savoirs et la culture du chantier, les entrepreneurs d’aujourd’hui portent leur attention sur le développement de l’entreprise, le résultat économique et l’optimisation de l’organisation. Cette mutation est positive ! Elle témoigne de leur capacité à s’adapter aux tendances de marchés avec des prix bas, une concurrence étrangère et le besoin d’optimiser les marges.

Qu’est-ce-que cet engagement vous apporte ?

Il me permet de connaître plus en profondeur mon milieu professionnel et ses acteurs. Je suis heureux de rencontrer de nouvelles personnes, et ce, dans un climat général d’entraide.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.