Dominique Chauvel vient d’être réélu à la présidence de la Caisse des institutions sociales du bâtiment (CIS). Un outil unique porté par l’ensemble de la profession, FFB, Capeb et FRTP, pour dynamiser l’entreprise. Au cœur du dispositif, fournir une multitude de services aux chefs d’entreprises et aux salariés. Un outil de management qui diffuse un bon esprit dans l’entreprise et offre à toute l’équipe l’occasion d’être réactif et engagé dans cette période difficile.

Les temps sont durs ? Les marchés plus difficiles à décrocher ? Les chantiers plus compliqués à livrer ? L’ambiance dans l’entreprise s’en ressent forcément. Dominique Chauvel a une solution pour vous : rejoignez la Caisse des institutions sociales du bâtiment, un outil original inconnu dans d’autres secteurs économiques. La palette de services, très large et variée permettra sans doute de mettre un peu de joie et de bien-être dans une vie économique si rude ! « La CIS n’est vraiment plus ce qu’elle était. C’est désormais un véritable outil d’aide au management, incontournable pour le bien-être du chef d’entreprise et des salariés», présente Dominique Chauvel.
Créée il y a près d’un siècle, la CIS a en effet bien changé. La structure, petite mais solide de quatre personnes, intervient dans tous les domaines traditionnellement dévolus aux comités d’entreprises. Mais pas seulement.

Aide sociale

La première tâche de la Caisse est d’intervenir quand un salarié est en difficulté. Un partenariat avec une association spécialisée permet à la CIS de fournir l’aide sociale à tout moment. L’accompagnement humain, en raison de la crise, se développe forcément sur des sujets liés à l’endettement, aux maladies… « C’est une prestation malheureusement en forte hausse, de 20% par an, mais c’est bien notre rôle d’être en première ligne sur ces sujets », admet le président.

Médailles du travail

L’autre pilier historique des interventions de la CIS sont les prestations professionnelles de valorisation des salariés. Les primes variées pour médailles du travail, obtention d’un diplôme professionnel, embauche de femmes exerçant un métier manuel… permettent à l’équipe de se sentir valorisée et reconnue.

« L’intéressement et la participation des salariés à la vie de l’entreprise est capitale en période de crise », précise Dominique Chauvel qui regarde de près l’évolution des demandes et de la consommation de loisirs pour être au plus près des nouvelles attentes. « Nous regardons les nouvelles tendances et sommes prêts à fournir tout produit ou service qui nous sera demandé par les entrepreneurs ».

Force de frappe de négociation

Plus de 1000 entreprises regroupant 11 000 salariés dans la région adhèrent à la CIS. Une puissance de feu en croissance, avec 200 nouvelles adhésions en moins de deux ans, qui permet de négocier fortement des prestations auprès de fournisseurs. « La grande évolution des dernières années, analyse le président de la CIS, c’est le développement des activités de loisirs ». Et comme la Caisse ne prend aucune commission sur les tarifs négociés, ils sont forcément imbattables ! « Nous sommes une association à but non lucratif, nous ne cherchons pas à faire une marge sur le dos des adhérents, même le président est bénévole ! », précise Dominique Chauvel.

Prix cassés

C’est ainsi que pour offrir des vacances au ski à prix défiant toute concurrence, la CIS va prendre un stock de réservations fermes à un prix cassé. Un petit risque qui s’est avéré un grand succès quand on peut faire un rabais de 350 euros sur une location au prix public de 515 euros ! « Les colonies de vacances, la billetterie avec, par exemple, des places de foot au Grand Stade pour 8,50 euros ou des entrées pour les parcs d’attraction sont des grands classiques à succès », nous livre le secrétaire général François Thiery. L’offre est très riche et peut répondre autant aux aspirations des ouvriers que des cadres dirigeants. De quoi favoriser le rêve dans l’entreprise plutôt que casser le moral des troupes avec la pénibilité ! Le tout pour un coût moyen par salarié de 40 euros par an. Ce serait dommage de s’en priver.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.