Maître d’ouvrage, architecte, bureau d’étude, CSPS, ouvrier, conducteur de travaux, maçon, électricien, peintre… Chacun a son métier, son rôle, sa place dans l’organisation. Mais pour réaliser une performance collective, la construction d’un bâtiment ou d’une route, ils doivent travailler ensemble, coordonner leurs efforts, à la poursuite du même objectif. Du sport individuel à l’œuvre collective… Ou du sport collectif à la performance individuelle. Tout est lié ! 
Le BTP et le sport étaient donc faits pour se rencontrer. 
Mais ce que l’on sait moins, c’est que des patrons du BTP peuvent être des champions ou des dirigeants de clubs sportifs. Portrait de Christophe Waubant qui témoigne sur l’apport du sport à sa vie et son entreprise et les liens qu’il tisse entre ces univers. 

Par Florence Bariseau

 

Capitaine de cinq entreprises : Artois Façades, Savio, Caronor, Hainaut Façades, BSD Couvertures. Il vient de fêter, en juin dernier, ses 50 ans. En voile, comme dans le BTP, ce que Christophe Waubant aime c’est hisser la grande voile, pour toujours avoir une longueur d’avance.

Récemment arrivé 6ème de la Transquadra, une traversée de l’atlantique à la voile en double, et ce en moins de 15 jours pour relier Saint Nazaire à la Martinique, Christophe Waubant écume les mers comme les chantiers, en professionnel rigoureux et passionné.
« Préparation minutieuse, établissement d’un planning précis, pilotage technique, gestion de l’énergie, attention constante à la sécurité….une course de voile s’anticipe et se vit comme un chantier. Cela nécessite de la rigueur, du dépassement de soi, et un sens humain important pour vivre bien en équipage. D’ailleurs, en voile comme sur un chantier ce n’est pas le plus physique qui gagne mais le mieux préparé, le plus stratège, le plus technique, j’oserais dire le plus malin. » Tout est dit ou presque, Christophe Waubant prépare ses interviews comme ses bateaux et chantiers : avec minutie. Et l’homme du BTP s’enflamme dés lors qu’il parle de ses deux passions, jumelles, selon lui.

Compétition

De l’optimiste, au 420, au Fireball en passant par le 470, Christophe aime les régates, la liberté que ce sport lui offre, l’abnégation que la voile requière. Il égrène, avec modestie, un joli palmarès : deux titres de champions de France en Fireball, une jolie 5ème place au Tour de France à la Voile en 2007.
A la tactique ou à la grand voile, Christophe avoue volontiers avoir vécu quelques galères : « la seconde semaine de la Transquadra, j’entendais des voix durant mon sommeil, l’humidité était si intense que l’expression baigner dans son jus prenait corps… l’épuisement nous guettait ». Quand on file à une vitesse de 20 nœuds on est en alerte permanente, on ne voit rien, même pas les vagues. C’est la différence avec une gestion de chantier : on est sur le pont 24H/24H, on ne dort que par tranche de 1h30, si on n’est pas préparé physiquement et mentalement, les risques sont grands. Dans le BTP on dit souvent qu’un chantier qui démarre mal, finit mal, « en voile c’est pareil ».

Sens du détail

Préparation, anticipation, sens du détail, les maîtres mots reviennent sans cesse. Christophe les applique dans l’entreprise. S’il lui a fallut quatre ans de préparation pour la traversée de l’Atlantique, l’homme avait aussi préparé son absence de l’entreprise un an avant le départ : coaching, structuration, délégation, fiche de poste. Ses équipes ont suivi la course de leur patron, via le web, même si l’homme revendique sa discrétion.
Redescendu sur terre après cette formidable aventure de la Transquadra, Christophe Waubant nous le confie, il lui reste deux rêves à réaliser : « vivre une course australienne en équipage et assister à l’America’s Cup ». En attendant, le loup de mer passera ses vacances en Bretagne , à la Trinité sur Mer….sur un bateau bien sur, le Mary, du nom d’une mythique embarcation anglaise du 19ème siècle, ce même Mary avec qui il a déjà traversé l’Atlantique il y a six mois.

Waubant-sport

 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.