Alain Bernard vient de tirer sa révérence syndicale après de nombreuses années d’engagement et de service à la profession. L’entrepreneur, qui passa par les maisons de Bouygues et Eiffage, a présidé le conseil d’administration de la Chronique, avant de prendre la Caisse des institution sociale et de s’investir fortement dans la réforme de la Caisse des intempéries.

Ouf, la cérémonie s’est déroulée sans couacs ! C’est que dès qu’Alain Bernard s’investit dans un domaine, il attire les bouleversements. Cet ingénieur ESTP, passé par le Centre des hautes études du béton armé et précontraint arrive en 1973 chez Quille à Rouen… alors que Francis Bouygues décide de rapatrier tout le monde à Paris. Et quand il rejoint le Nord – pour maximum deux ans promet-il à son épouse (sic !) -, Quille devient Norpac. Chez Bouygues, il participe à la construction du métro, de la gare TGV, puis il rejoint Quillery et pense y trouver une structure plus modeste au sein de la SAE. C’est sans compter l’appétit de Jean-François Roverato, le PDG d’Eiffage qui réussi son OPA ! Il se retrouve alors avec la délicate mission de rassembler les 26 entreprises nordistes du groupe sous l’enseigne nationale. Comme directeur régional d’Eiffage, il porte quelques beaux chantiers, comme la construction du Grand Palais, la création de l’Hospice Gantois ou celle de l’Hôtel de Police avant de passer la main en 2006 à François Jullemier. 

Mais c’est surtout l’homme à l’engagement syndical puissant qui a été honoré ce 2 avril à Marcq-en-Baroeul. D’abord par son succésseur à la CIBTP, Daniel Midavaine, qui assure avoir toujours apprécié « la capacité d’écoute et de dialogue » de son prédécesseur. Mais aussi par Norbert Monti, qui président d’Union des caisses nationales et dont « l’expérience du management et la science des projets complexes a largement servi les caisses ». Il pense à la réforme du réseau et à l’harmonisation des systèmes d’informations.
A La Chronique, l’équipe garde le souvenir d’un président discret qui a soutenu tous les projets du journal. La Chronique vous souhaite donc « bon vent », en espérant, cette fois, que vos nouveaux projets prendront un chemin plus calme et serein ! 

Son épouse, au milieu de ses amis de la Fédération française du bâtiment et des organisations paritaires
Son épouse, au milieu de ses amis de la Fédération française du bâtiment et des organisations paritaires

 

C’est Daniel Midavaine (à gauche), actuel président de la CIBTP qui a prononcé le premier discours.
C’est Daniel Midavaine (à gauche), actuel président de la CIBTP qui a prononcé le premier discours.

 

Enfin ! Alain Bernard reçoit sa médaille de la CIBTP, qu’il a remis tant de fois comme président.  Monique Ribes, la directrice, le concède : « Neuf année de présidence valent bien 25 ans d’ancienneté »
Enfin ! Alain Bernard reçoit sa médaille de la CIBTP, qu’il a remis tant de fois comme président.
Monique Ribes, la directrice, le concède : « Neuf année de présidence valent bien 25 ans d’ancienneté »

 

Norbert Monti, président de l’Union des caisses de France (UCF) CIBTP, a fait le voyage depuis la Meuse pour saluer celui qui l’a aidé dans la réforme des caisses.
Norbert Monti, président de l’Union des caisses de France (UCF) CIBTP, a fait le voyage depuis la Meuse pour saluer celui qui l’a aidé dans la réforme des caisses.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 n° + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 n° + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×