Porte de Valenciennes à Lille, le chantier du nouveau siège de Partenord Habitat touche à sa fin. Visite de ce bâtiment mixant tertiaire et logements, le tout s’inscrivant dans le développement durable.

Par Mathilde Colin

Pour fêter ses 100 ans, Partenord Habitat s’est offert un cadeau qui en jette. Après deux ans de chantier, l’Office public de l’habitat du Département du Nord intègrera bientôt son nouveau siège, surplombant à près de 35 mètres de hauteur, l’angle de la rue de Cambrai et du Boulevard de Belfort à Lille. « Après avoir échangé sur notre foncier avec la SPL Euralille, nous avons fait le choix, en tant qu’Office Départemental, de nous implanter dans ce quartier en pleine mutation », confie Christophe Becuwe, directeur général de Partenord Habitat.

Pour financer la construction de ce bâtiment de 29 millions d’euros HT, le bailleur a réalisé une opération blanche en partie grâce à la vente à Nacarat de son siège historique du boulevard Vauban mais aussi d’une partie tertiaire à la foncière INEA. Il a également bénéficié d’aides financières de la part du Département du Nord en octroyant plus de 23 651 heures à l’insertion professionnelle. Résultat des comptes? Une belle enveloppe pour financer ce programme tout en BIM pour une maintenance et une exploitation optimisées et l’inscrire ainsi dans la Troisième Révolution Industrielle.

« Le BIM ne concerne pas que la technique, cela doit être aussi un outil de gestion pour nous et nos clients, explique Philippe Pawlaczyk, directeur du développement de Partenord Habitat.

En chiffres :
SDP : 15 000 m²
(4 000 m² de logements (50 logements locatifs sociaux) / 6 600 m² pour le siège de Partenord / 900 m² de cellules commerciales en RDC / 3 500 m² de bureaux vendus à la foncière INEA
Investissement global : 29 M€ HT

Fenêtre sur la ville

Le nouvel équipement de 15 000 m² a été confié en conception-réalisation à Nord France Constructions et au groupement d’architectes Coldefy & Associés, Tag Architectes et Paindavoine-Parmentier. Sobre et compact, le bâtiment se compose de trois entités distinctes : le siège sur 9 niveaux, une partie tertiaire de 7 étages et 50 logements qui reposent sur un même socle. S’ajoutent en sous-sol, 230 places de parking. Quelques commerces viendront s’implanter en rez-de-chaussé. Le hall d’accueil avec ses 9 mètres de hauteur vitrée et la terrasse végétalisée marquent l’identité visuelle du siège. Les façades composées de terre cuite de différentes teintes et d’un bardage aluminum sont perforées et traversées selon les différents usages, laissant place à de légers décalages.

Dans le front bâti, les architectes ont imaginé deux ouvertures. L’une coté nord entre le siège et les logements, l’autre à l’est, telle une fenêtre vitrée donnant à la fois sur la ville et sur le cœur d’îlot, plus calme. A l’arrière du bâtiment, côté sud, des volumes séparés se transforment en une multitude de strates laissant place à une vallée végétalisée qui plonge vers la future école du quartier.

Radiateurs numériques

Pour affirmer son engagement dans le développement durable, Partenord Habitat a souhaité mettre le paquet dans ce bâtiment nouvelle génération. Notamment en valorisant les énergies renouvelables au bénéfice des locataires et des salariés.

Bien que le bâtiment soit raccordé au réseau de chauffage urbain, le bailleur a misé sur deux logements-pilotes équipés de radiateurs numériques de la start-up parisienne Qarnot Computing. La chaleur produite par des data center extérieurs sera récupérée via la fibre optique et réinjectée dans ces radiateurs. « C’est une expérience qu’on a limité à deux logements. C’est un investissement car chaque radiateurs coûtent 2 500 euros ! indique Christophe Becuwe. Mais pour le locataire, cette solution s’appuie sur une dépense en chauffage nulle.

Concernant les autres logements, c’est une véritable interaction qui s’opère avec la partie siège. Grâce à la récupération de l’énergie fatale, 80% des besoins de chauffage seront couverts par la valorisation des apports excédentaires de chaleur du siège. Celles issues du groupe froid des bureaux ou celles des eaux grises des logements seront également stockées dans un ballon et serviront à chauffer ces derniers. Des panneaux solaires thermiques viendront encore compléter 30 % des besoins de l’eau chaude sanitaire pour l’ensemble du bâtiment.

La voiture électrique n’est pas oubliée. En plus des bornes de recharges classiques, le bailleur innove dans une borne bidirectionnelle : un concept «véhicule to building» ou quand la voiture devient une source de stockage d’énergie pour le bâtiment. Avec son nouveau siège, Partenord Habitat montre que l’on peut être centenaire tout en gardant un esprit novateur et s’inscrire dans le monde de demain.

Partenord architectes coledfy siege BTP Chronique – 1-min
Isabel Van Haute (Coldefy), Franck Petit (Paindavoine Parmentier Architectes), Dominique Lerche (Atelier Tag) et Lucas Dujardin (Coldefy) sont les architectes chargés du nouveau siège de Partenord Habitat.

La fiche

Continuez votre lecture sur Partenord avec notre dossier sur la rénovation urbaine où l’entreprise intervient.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.