Dans les Hauts-de-France, le distributeur GRDF entame une phase importante de conversion de ses clients au gaz H. L’occasion de faire le point sur l’opération qui va mobiliser de nombreux acteurs jusqu’en 2029. Par Mathilde Colin et Rachel Debrincat.

Déconnexion et reconnexion. C’est en ces termes que Thierry Daniel, délégué territorial Nord-Est de GRTgaz résume l’opération qui occupe le transporteur et ses distributeurs depuis 2016. Celui de la conversion de 1,3 million de leurs clients des Hauts-de-France au gaz à haut pouvoir calorifique dit H. Car le gaz à bas pouvoir calorifique dit B qui les alimente et prend sa source au Pays-Bas se tarit et disparaîtra d’ici à 2029.

LA PHASE DE DÉPLOIEMENT ENCLENCHÉE

Aussi facile que soit l’explication, le chantier est d’ampleur et court jusqu’en 2029. A commencer par ses investissements dès 2016. Pour permettre cette fameuse reconnexion vers les nouveaux tuyaux, le transporteur de gaz a dû débourser 48 millions d’euros pour réaliser sa phase pilote sur quatre ans en opérant sur les stations de compression, notamment à Doullens et à Tasnières-sur-Hon près de Maubeuge. Entre 2019 et 2020, quatre secteurs : Dunkerque, Gravelines, Grande-Synthe et Doullens, soit une cinquantaine de communes, ont été les pionniers de la conversion. Avec pour résultats : 80 000 clients raccordés pour le distributeur GRDF et sept clients raccordés à GRTgaz.
«Maintenant que tout s’est bien passé, se satisfait Thierry Daniel, nous passons à la phase de déploiement dont l’investissement est à hauteur de 31 millions d’euros. Nous avons déjà engagé 10 millions d’euros de travaux pour que nos collègues distributeurs puissent commencer l’opération. » Et cela malgré la situation sanitaire qui a impliqué une réorganisation sur le terrain. Cette fois, jusqu’en 2024, onze secteurs sont concernés parmi lesquels Boulogne, Calais, Le Touquet, Saint-Omer, Arras et Lens. Du côté des distributeurs, c’est 500 000 clients raccordés aux réseaux de distribution et 54 clients raccordés à GRTgaz à convertir. Pour GRDF, le chantier est donc vaste avec des pics à plus de 200 000 clients à convertir par an à partir de 2024. « Cela fait 50 ans qu’il n’y avait pas eu de projet d’ampleur comme celui-ci », souligne Edouard Sauvage, directeur général de GRDF. Et il consiste, une fois la connexion au gaz H réalisée, à régler l’équipement gaz utilisé. Parfois, l’intervention se cantonne uniquement au simple remplacement de régulateur de pression.

A LA RECHERCHE DE 2 500 TECHNICIENS

« Pour assurer cette conversion en respectant le calendrier imposé, il faudra mobiliser près de 2 500 techniciens sur la durée totale du projet », confie Edouard Sauvage. Pour répondre à cette demande, une mobilisation de la part du Gret 5962/FFB (Groupement régional de l’équipement technique / Fédération française du bâtiment), de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) et du Synasav (Syndicat national de la maintenance et des services en efficacité énergétique) s’est mise en place. « La phase pilote a généré plus de 21 millions d’euros de retombées économiques pour nos entreprises », expliquent les différentes fédérations régionales. Cette nouvelle phase proposera 200 jours de travail net aux futurs techniciens pour assurer la mise en service, la maintenance des installations de chauffage et la relation avec les clients ». Déjà 90 techniciens ont été formés à la maintenance dans 39 entreprises et 47 candidats ont été dirigés vers une formation de chauffagiste gratuite dispensée sur le site plateforme de GRDF à Cambrai. Pour aider les entreprises à recruter, elles peuvent se faire connaître et faire part de leurs besoins sur le site www.emploienergieavenir.fr. Cette phase massive de recrutement de techniciens qualifiés permettra d’amener la fin de ce chantier de raccordement du réseau, en 2028, à Maubeuge, porte d’entrée du gaz B avec le reste de l’Hexagone.


Vers le biométhane et au-delà

« Adapter le réseau », Thierry Daniel, délégué territorial Nord-Est de GRTgaz n’a cessé de le rappeler au cours de son bilan de l’année 2020. Et cela avec la transition énergétique qui est engagée pour le transporteur de gaz. En 2020, il a investi pas moins de 3 millions d’euros. En particulier pour adapter ses réseaux à la méthanisation. GRTgaz a mis en place des chantiers de rebours pour récupérer les surplus locaux de biométhane sur les réseaux de distribution et les acheminer vers une autre utilisation ou un autre territoire où les stocker. Et un travail de zonage de la région est réalisé par les opérateurs des réseaux gaziers pour donner une visibilité aux porteurs de projet. Fin 2020, 17 zonages étaient inscrits en Hauts-de-France par la Commission de régulation de l’énergie. 5 zones supplémentaires dans la région sont en cours d’étude.
Avec 34 sites fin 2020, la région a doublé sa capacité, injectant désormais 607 GWh/an soit 1% de la consommation régionale. « C’est l’équivalent de 52 000 logements couverts par cette production, illustre-t-il. Et 147 projets sont inscrits au registre des capacités. La région confirme son leadership en doublant ses capacités. Et nous aurons à l’avenir de plus en plus de sources de production de biométhane et de gaz renouvelable. Une trentaine de porteurs de projet ont demandé leur raccord au réseau. » A l’exemple du Symevad qui travaille sur un système de pyrogazéification des déchets solides ou la Métropole européenne de Lille qui planche sur la gazéification hydrothermale avec des déchets liquides. 
GRTgaz regarde même plus loin, à l’horizon 2040. Parmi les perspectives, Thierry Daniel a annoncé une étude prospective lancée à l’échelle européenne avec dix autres transporteurs sur l’hydrogène. « Nous étudions l’intérêt de disposer d’un reseau dedié à l’hydrogène. Ce réseau d’acheminement d’hydrogène pur s’étendrait sur 23 000 km dont 3 300 km en France. Une des bonnes nouvelles serait la possibilité d’utiliser 3/4 des canalisations déjà existantes. Ce qui coûterait moins cher. » De quoi préparer l’opérateur à la mutation.

La capacité d’injection du biométhane a doublé fin 2020. Copyright GRT Gaz/Roy

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.