De g à d : Marc Godefroy, maire de Lezennes, François Jullemier, DGA Eiffage Construction, Luc Ferry, philosophe et ex-ministre, Thierry Geffroy, directeur régional Eiffage Construction, Bertrand Dubus, Président Immobilière Nord France Europe (filiale du groupe CENFE), Marc Verly, DG du groupe IRD et Xavier Bouffart, architecte et dirigeant de l’Agence Blaq.
De g à d : Marc Godefroy, maire de Lezennes, François Jullemier, DGA Eiffage Construction, Luc Ferry, philosophe et ex-ministre, Thierry Geffroy, directeur régional Eiffage Construction, Bertrand Dubus, Président Immobilière Nord France Europe (filiale du groupe CENFE), Marc Verly, DG du groupe IRD et Xavier Bouffart, architecte et dirigeant de l’Agence Blaq.

La filiale régionale du troisième groupe de construction français a inauguré le 5 février son siège social flambant neuf à Lezennes. Un bâtiment triangulaire qui répond au nom d’Efficience en résonance au projet d’entreprise

Impossible de ne pas être attiré par sa maille extérieure et ses couleurs automnales. C’est derrière cette dentelle géométrique qu’Eiffage Construction Nord-Ouest a choisi d’installer sa direction régionale en compagnie des équipes d’Eiffage Construction Lille Métropole et d’Eiffage Immobilier. Installé à Lezennes le long du boulevard de Tournai à proximité du parc du Héron et du Stade Mauroy, ce bâtiment conçu par Xavier Bouffart de l’agence lilloise Blaq architectures s’étend sur une superficie de 3 600 m2. Construit sur d’anciennes carrières souterraines, il a été pensé comme une véritable vitrine tertiaire, labellisée BBC effinergie et certifié HQE.

Organisé autour d’un atrium central, le navire amiral d’Eiffage profite d’une importante lumière intérieure apportée par une verrière. L’agence Elemens s’est vu confiée l’aménagement intérieur, revisitant cet open-space aux configurations originales. Espaces de travail ajustables, cocons feutrés pour réunion improvisée ou auditorium modulable de 80 places, permettent une flexibilité totale selon les besoins. Ce projet s’accompagne d’un second bâtiment tertiaire de 2 400 m2 en location. Baptisé Arlequin, il tire son appellation du jeu de modénatures triangulaires de sa façade. Ensemble, ils concrétisent la base de cet écoquartier de 7 hectares en devenir. Aujourd’hui locataire, Eiffage Construction s’est entouré du groupe IRD et de l’Immobilière Nord France Europe, co-investisseur, respectivement à 40 et 60% pour un investissement total de 14 M€.

Cap vers l’avenir

L’édifice accueille 175 collaborateurs – présents dans les locaux depuis novembre, et permet de manager plus de 1 660 collaborateurs sur un large périmètre allant du Nord-Pas-de-Calais à la Haute-Normandie en passant par la Picardie. Le regroupement de ces équipes, jusqu’alors dispatchées, s’inscrit dans la nouvelle vision que l’entreprise vient d’engager. « Ensemble, plus d’efficience », en est le leitmotiv et s’affiche dès l’entrée du bâtiment. « Ce siège arrive à point nommé, explique Thierry Geffroy, directeur régional d’Eiffage Construction. Il va nous permettre de nous renouveler, de nous ressourcer pour répondre aux attentes d’un marché resserré ». Le dirigeant mise sur une offre de services organisée autour des métiers et savoir-faire et non plus localement. Réponse globale et réactivité seront ainsi facilités grâce à ces nouvelles synergies et à un nouvel espace communicant. C’est que les grandes opérations tendent à se réduire de manière substantielle. « La taille des marchés moyens se situent désormais en 2 et 3 millions d’euros », déplore le directeur régional. Sa filiale s’est auparavant illustrée sur des projets majeurs comme le casino de Lille ou le siège du groupe Adéo. Elle œuvre actuellement sur le chantier du nouveau centre fiduciaire de la Banque de France à Sainghin-en-Mélantois, un contrat de 11 millions d’euros. Mais pour résister, Eiffage mise sur la réhabilitation et la relance du marché du logement. En espérant, le retour de la commande publique.

Trois questions à Thierry Geffroy, directeur régional Eiffage construction Nord Ouest

« La même qualité pour l’ensemble du territoire »

Que va vous apporter ce nouveau siège régional ?

Avec ce siège, nous installons à Lezennes une grande direction technique qui regroupe les bureaux d’études techniques, structures, fluides, méthodes, conception et management de projets. Tous les projets significatifs seront travaillés depuis cette base pour avoir une capacité d’étude uniforme, homogène et de même qualité pour l’ensemble du territoire, que le maître d’ouvrage soit public ou privé. Nous apporterons une réponse globale pour tous, plus qualitative et réactive. Nous sommes désormais regroupés par métiers et savoir-faire plutôt que géographiquement. En cette période un peu anxiogène, ce siège arrivé à point nommé : il va nous permettre de nous renouveler et de nous ressourcer pour répondre aux attentes d’un marché resserré. Il s’inscrit parfaitement dans notre projet d’entreprise baptisé « Ensemble plus d’efficience », d’où son nom.

Comment se porte Eiffage dans notre région ?

Notre carnet de commandes est en chute de 20% depuis deux ans. Alors que nous réalisions 400 millions d’euros de chiffre d’affaires, il s’élève aujourd’hui à 355 millions. Le logement en représente 80% et les chantiers de réhabilitations sont plus nombreux qu’en construction neuve. Nous œuvrons par exemple pour la rénovation d’Euralille pour Unibail ou pour la réhabilitation d’une centaine d’agences du Credit Mutuel. Nous avions le grand projet du zoo et de l’arsenal de Maubeuge. Un chantier de plus de 90 millions d’euros stoppé après les élections? Cela nous a conduit à recourir à un plan d’activité partiel et à nous séparer de quelques personnes.

Quelles sont vos perspectives 2015 ?

Elles restent portées sur le logement. On souhaite que les élections départementales et régionales de l’année ne ralentissent plus les commandes. La réforme des collectivités gèle les investissements. Nous n’attendons pas d’embellie de ce côté. Nous espérons que les mesures concernant le logement privé aient un impact.

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules:
  • 1 an (10 n° + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 n° + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×