Le collectif d’architecte roubaisien Zerm a investi l’édifice néo-gothique. Pour mieux le transformer en totem du zéro déchet et de l’économie circulaire

Par Julie Dumez

Qui n’a pas déambulé dans le quartier de l’Epeule, n’est sans doute jamais tombé sur le Couvent des Clarisses. L’édifice laissé par les sœurs en 2008 reprend désormais vie grâce au collectif Zerm, en collaboration avec Yes we camp et l’architecte-historien Gilles Maury. Ensemble, ils ont remporté l’appel à projet pour une occupation transitoire du lieu pour trois ans. Lancée par Roubaix, la démarche vise à transfigurer le lieu en totem du zéro déchet et de l’économie circulaire. Effectivement, la ville a vu dans ce lieu le parfait symbole pour porter haut ces valeurs qui en font une cité française, pionnière en la matière. C’est donc en « laboratoire de frugalité » que se mue doucement l’habitat des Clarisses. 

Habiter les murs

Et pour y parvenir, rien de mieux que d’habiter les murs. Voilà donc presque un an que le collectif a pris possession des cellules, chapelle et école attenantes. « Ils sont un peu fous !, jubile Guillaume Delbar. Ainsi le maire de Roubaix a trouvé là son sujet du moment. Ils habitent le lieu et ça fait vraiment la différence ! Et le bâtiment est maintenu a minima grâce aux travaux de mise aux normes que la mairie a réalisé ». Loin des 10 millions d’euros initialement estimés pour la première tranche de travaux. Charge à eux de monter un projet économiquement viable. Ils restent des formes alternatives de réhabilitation du bâti ancien. De plus, une question se pose : « comment atteindre un confort suffisant dans des lieux vastes, non-isolés et dont l’aspect historique doit être conservé? ». 



Dans le cadre de Lille Design, la Maison POC Économie Circulaire est installée dans l’ancienne école du monastère des Clarisses. Elle participe au projet de réhabilitation circulaire et d’occupation transitoire Saisons Zéro assuré par le collectif Zerm et la Mairie de Roubaix.

Des contraintes qui poussent à innover

Comme dans la chapelle, où des années de prières n’ont pas suffi à chauffer la hauteur sous plafond. « On a cherché à limiter l’espace » raconte Romain Brière, architecte. Cela en s’inspirant de la technique du lit à baldaquin. En effet, sa fonction première était « de réduire les sensations de froid tout en maintenant la chaleur dans des volumes réduits autour du corps humain ». Ensuite avec les Belges de Rotor Architecture, ils composent alors à l’aide d’une toile de bateau, ultra résistante, une tente intérieure. Elle est complètement rétractable au besoin. Impact sur le bâti ? Quasi neutre puisque ces 80 kilos de toile ne possèdent que quatre points de fixation dans le mur !

Récupération du plancher de l’opéra de Lille

La halle, vestige de l’ancienne école, accueille depuis la rentrée l’exposition économie circulaire de Lille Capitale Mondiale du Design. Pour la réhabiliter, fidèle à son engagement de réemploi, Zerm a récupéré l’ancien plancher de l’opéra de Lille. « On essaye de tout passer au filtre de la frugalité pour les différents champs de la vie », détaille l’architecte de 27 ans, diplômé de l’école d’architecture de Lille. En somme, une philosophie qui plairait sans doute aux sœurs Clarisse.


Matériaux de construction : à Roubaix, une plateforme pour le réemploi


Menuiseries, plaques de plexi, garde-corps, dalles de marbre, faux-plancher, béton cellulaire, poutres acier… Bienvenue au Parpaing ! Installé à quelques encablures de la Condition publique, le collectif Zerm a monté cette ressourcerie de 300 m2. « Grâce à des partenariats avec des démolisseurs et un système de dépôts-vente qui les implique, nous proposons le stockage, le nettoyage, l’inventaire et la remise en vente de matériaux de déconstruction. L’initiative est née avec le chantier de la Maillerie, l’ancien site logistique des 3 Suisses à Croix-Villeneuve d’Ascq. Ouvert sur rendez-vous, le Parpaing s’adresse aux pros comme aux particuliers. C’est aussi et surtout le premier gisement pour la rénovation du couvent des Clarisses et sa deuxième vie. 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.