Portée par la volonté farouche d’Alexia Noyon et d’un collectif d’investisseurs, de donateurs et de mécènes, la Chartreuse de Neuville vit son plus vaste programme de rénovation. Soit l’un des plus grands chantiers « Monument Historique de France » officiellement lancé le 1er avril. 

Inédit, innovant, spectaculaire. Les adjectifs pour qualifier le chantier de la Chartreuse de Neuville ne manquent pas. Les 18 000 m2 de ce monastère chartreux, le plus grand de France, fondé en 1324 et reconstruit en 1870 situé à une quinzaine de kilomètres du Touquet est ceinturé depuis quelques mois d’échafaudages. Au programme de cet énorme chantier de 24,5 millions d’euros prévu pour s’achever en 2018 : une première phase concernant les travaux de clos-couvert, façades et traitement de la mérule, charpentes, couvertures, vitraux et menuiseries extérieures. Une seconde phrase, celle des aménagements comprenant les lots techniques (chauffage, réseaux, VRD), les travaux de second oeuvre et les aménagements extérieurs, démarrera en parallèle de l’avancée de la première phase. “Les bâtiments étaient très dégradés du fait d’un manque d’entretien durant plusieurs années et de la présence de mérule. Si on ne mettait rien en œuvre certains éléments constructifs étaient en péril”, explique Nathalie T’Kint, architecte spécialiste des Monuments historiques et maître d’œuvre du chantier. La chapelle des familles, le clocher et l’aile Nord figuraient parmi les endroits les plus critiques. Sur ces lieux très étendus, il a fallu “être astucieux” pour répondre à l’ensemble des normes, en cachant par exemple des modules de désenfumage dans les vitraux, puis les faire valider. “Pour éradiquer complètement la mérule, nous devions réaliser le chantier sur l’ensemble de la Chartreuse”, commente Alexia Noyon. Si le chantier est aujourd’hui possible, c’est bien par la volonté de sa directrice et d’Yves Ducrocq, ancien dirigeant de Bic, qui se sont battus pour sauver ce joyau patrimonial. “En 8 ans, nous avons réussi à aligner les planètes”.

Rétablir le clos-couvert et éradiquer la mérule sont les premiers grands chantiers à mener. ©Chartreuse de Neuville / Entreprise Chevalier Nord
Rétablir le clos-couvert et éradiquer la mérule sont les premiers grands chantiers à mener. ©Chartreuse de Neuville / Entreprise Chevalier Nord

Concept innovant

A force de travail et de belles rencontres, elle réussit à mettre autour de la table acteurs publics, privés et associatifs. Avec une ambition : restaurer le lieu et le faire vivre de façon pérenne. Avec ses partenaires, elle imagine alors un concept s’appuyant sur un modèle économique inédit. Créer un Centre Culturel d’Innovation Sociétale et Artistique qui cohabitera avec une résidence hôtelière. Cette dernière prendra essentiellement place dans les 23 anciens ermitages bientôt transformés en 69 studios dans lesquels il faut intégrer tout le confort nécessaire. Parallèlement, la bibliothèque, l’Église, la chapelle des familles et celle des visiteurs accueilleront le Centre culturel, récemment labellisé par le Ministère de la culture. Dédié à l’innovation sociétale et artistique, il travaillera sur quatre pôles d’activités : Écosystème d’innovation sociétale, Création et patrimoine, Insertion et formation, et Pilotage économique et fonctionnel. Cela se concrétisera par l’accueil d’artistes en résidences, d’ateliers pédagogiques et d’événements “qui permettent aux acteurs du terrain de se rencontrer et de comprendre les enjeux d’un monde en mutation”. Une aspiration fidèle à la vocation sociétale du site qui abrita jadis l’imprimerie générale de l’Ordre des Chartreux, un phalanstère d’artistes européens ou encore un hospice-asile. Le chantier représente la première occasion de jouer ce rôle inclusif. En effet, si la clause d’insertion n’a pas été retenue dans les appels d’offre, les intentions des entreprises en la matière ont beaucoup compté. “Plutôt que de contraindre, nous nous sommes basés sur un principe de confiance. Et les entreprises jouent le jeu puisque 11 personnes en insertion ont pu en bénéficier”, rapporte la directrice.

Montage financier inédit

Le montage financier de l’opération représente également une innovation. Le lieu est donc une copropriété réunissant l’association pour 40% de ses espaces et de copropriétaires-investisseurs privés pour 60% qui céderont leur bien sans plus-value à la fondation dans un délai de 15 à 20 ans. “En une génération, la Chartreuse sera devenue la propriété intégrale de la fondation que nous mettons sur pied”, se réjouit la directrice. Malgré la participation de fondations, de mécènes et particuliers, reste 600 000 euros à trouver pour boucler le budget des lourds travaux en cours. Avis aux amateurs.

 

Evenement 06.10.13 Concert Crick Sicks (43)Maîtrise d’ouvrage : Association de la Chartreuse de Neuville
Maîtrise d’œuvre : Nathalie T’Kint
AMO : Urbaviléo
Economiste : SL2EC,
Bureau d’études : CREIF
OPC-SPS : Codess
Bureau de contrôle : Socotec
Façades et traitement de la mérule : Chevalier Nord
Charpentes : Battais Charpente
Couvertures : Battais couverture, Charles Delattre, René Carré
Vitraux : Ateliers Pierre Brouard
Menuiseries extérieures : Van Henis Marcel et fils
Désamiantage : Alisa D
Echafaudages : Réatub

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.