Classée monument historique, l’Abbaye Saint-Vaast à Arras va être reconvertie en hôtel de luxe imbriqué à un musée. Ce concept novateur en région vise à accroître l’attractivité de la ville. Le démarrage des travaux est prévu en 2022 pour une livraison en 2024.

Par Marie Boullenger

L ’ancienne Abbaye Saint-Vaast, située à proximité de la Grand place d’Arras, n’a pas été épargnée par les bombardements de la Première Guerre Mondiale. Démoli à 90%, le site a fait l’objet de travaux de reconstruction quelques années plus tard.

« Le bâtiment est sain aujourd’hui, il n’y a pas d’urgence. La structure va être entièrement rénovée et se prête parfaitement à une telle transformation. Il n’y a rien de plus adapté à un hôtel qu’un ancien cloître » assure le maître d’oeuvre, Hubert Maes.

Etendu sur 25 000 m2 , le futur lieu de vie arrageois comprendra un hôtel cinq étoiles de 98 chambres avec son restaurant gastronomique et son lobby-bar (11 000 m2 ) ainsi qu’un spa au sous-sol ouvert à tous (400 m2 ). Quant à la partie culturelle, elle sera constituée du musée (12 000 m2 ) et d’espaces partagés destinés à l’organisation d’événements et de séminaires (400 m2 ).

Abbaye de Saint Vaast cour intérieure chronique du BTP-min
La cour centrale sera couverte par une vaste toiture verrière. Maes Architectes

Une structure verrière pour couvrir la cour centrale de l’Abbaye Saint-Vaast

Ce schéma d’hôtel-musée est une première en région. Il vise à accueillir un grand nombre de visiteurs, pas forcément clients de l’hôtel. « C’est un concept unique. La symbiose entre le musée et l’hôtel peut s’avérer complexe car les lieux doivent se parler mais les flux ne pas se croiser. Le projet est passionnant puisqu’il mêle l’ancien à la modernité» confie le groupe Maes en charge de l’architecture.

Afin de révéler l’architecture existante et filtrer la lumière, le maître d’oeuvre prévoit de couvrir la cour centrale, où se situera le grand lobby-bar, d’une vaste structure verrière. « La plus légère et la plus aérienne possible » détaille Hubert Maes. Cette toiture vitrée située entre la cour d’honneur et la cour du cloître (voir photo) est comparable à celle construite à l’Hermitage Gantois à Lille et au Royal Hainaut à Valenciennes.

« Cette stratégie met terriblement en valeur les traits de l’architecture existante » ajoute Hubert Maes. Contraint de respecter toutes les normes d’un bâtiment classé monument historique, le groupe lillois (lire encadré) a conscience des difficultés du projet : « Le plus difficile dans une telle reconversion, c’est de cacher toutes les contraintes techniques  notamment sous la cour », référence aux réseaux et canalisations.

La cour centrale sera couverte par une vaste toiture verrière. Maes Architectes

Permis de contre-tire espéré en 2021

Porté par la mairie d’Arras, propriétaire du site, ce grand projet a signé une nouvelle étape. Fin juillet, l’investisseur Naos Hôtel et ses partenaires (Marriot, exploitant ; Nacarat et Néoximo, promoteurs et le groupe d’architectes Maes) ont confirmé leur engagement auprès de la ville. Le groupe Naos s’engage d’ailleurs à investir 40 millions d’euros dans cette rénovation.

Toujours en cours d’études, le projet doit par la suite passer en commission des monuments historiques à l’automne. Le permis de construire pourrait être délivré d’ici 1 an pour le lancement des travaux en 2022. Le maître d’oeuvre devrait livré le bâtiment en 2024, année où la France accueillera la Coupe du monde de rugby et les Jeux Olympiques à Paris.

A noter que le futur établissement cinq étoiles sera le tout premier hôtel de prestige implanté dans la ville d’Arras. L’Abbaye Saint-Vaast permettra notamment de capter la clientèle du Louvre Lens, qui, jusqu’à présent séjournait plutôt dans la Capitale des Flandres.

Maes Architectes : une référence dans la reconversion de patrimoine

Hubert Maes et son équipe de 60 collaborateurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai en matière de reconversion de patrimoine. Maes Architectes, fondée en 1983, est même devenu une référence en la matière au cours des dix dernières années.

L’Hermitage Gantois à Lille en 2003, l’hôtel du Louvre-Lens en 2018, le Royal-Hainaut à Valenciennes en 2019… Autant de projets qui ont participé à la notoriété de Maes Architectes en Hauts-de-France.

Le groupe lillois compte aujourd’hui 4 agences à travers la France : Lille, Paris, Bordeaux et Cannes. L’entité lilloise reste la plus importante avec 50 collaborateurs à son bord. L’agence nordiste, qui réalise 50% de ses projets hors région, intervient dans plusieurs domaines à savoir l’urbanisme, l’hôtellerie de prestige, l’habitat, l’hospitalier et la reconversion du patrimoine, domaine dans lequel il s’est bâti une sérieuse réputation. 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.