Jean-Marie Verwaerde dirige depuis 28 ans l’entreprise de courants faibles Euro’alarm à Sallaumines. Il est élu au conseil d’administration de la FFB Lens Artois et représente la liste «Fiers d’être artisans» à la chambre régionale des métiers et de l’artisanat (CRMA).

Vous faites partie du Conseil d’administration de la FFB Lens Artois et de ce fait du bureau de la FFB 59/62. Pourquoi s’être engagé et quel est votre rôle?
Je trouve que critiquer sans agir c’est trop facile. J’ai donc décidé de m’engager en tant qu’acteur de la défense de notre profession. Depuis deux ans, je suis conseiller d’Olivier Danna, président de la FFB Lens Artois. «L’œil des artisans» comme il m’a nommé il y a quelques temps dans une conversation. J’aime faire avancer les choses avec des gens engagés. En tant qu’entrepreneur et homme de terrain, je reste proche des artisans. Je lui rends compte des problématiques rencontrées par mes confrères et je fais le trait d’union entre la FFB et la CRMA.On se soucie souvent des grosses boites et on en oublie les toutes petites entreprises.
A la Confédération des PME (CPME), je suis également président des mandats Hauts de France depuis mai 2018.
Je me bats aussi pour que la FFB soit largement représentée en 2021 lors des prochaines élections de la Chambre des métiers, et pour cela nous devons nous mobiliser dès maintenant.

Quels sont les problèmes relevés?
A la CRMA, je gère les entreprises en difficultés. Et je préfère même dire «difficultés des entreprises». Si nous étions les premiers informés de la situation d’un artisan ou d’une petite structure, avant le RSI ou l’URSSAF…on pourrait sauver plus de 50 % des entreprises ! En amenant par exemple une aide financière, administrative, un échéancier du RSI…malheureusement les entrepreneurs se cachent souvent derrière le secret professionnel.
A la CRMA et à la FFB nous avons les personnes compétentes pour apporter des solutions. C’est plus facile de combler un trou de 10 euros que de 10 000 euros!
Venez-nous voir dès que ça va mal : mon portable reste allumé 24h/24h, je suis accessible !

Quelles solutions apportez-vous?
Il faut créer de la proximité pour que les TPE et les artisans aient accès facilement à la technologie et aux formations. L’artisan, cet homme orchestre qui doit tout gérer tout seul, avec des horaires de dingue, ne peut pas se dégager du temps, passer la moitié de sa journée sur la route alors qu’il pourrait se former plus près de chez lui.

Quels conseils pourriez-vous donner aux jeunes du bâtiment?
Pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat, mais qui souvent non pas les moyens financiers, allez voir du côté de la reprise d’entreprise. Si le bilan est bon, les banques vous suivront plus facilement, et surtout, cela permettra de sauver des emplois!
Et pour les futurs jeunes mandataires, les retraités devraient également leur transmettre leurs savoir et leurs expériences en tant qu’élus.

Quelles qualités doit avoir un mandataire ?
Il doit se dégager du temps pour être disponible et surtout garder les deux pieds sur le terrain. Il faut également savoir mettre son égo de côté pour laisser place à l’intérêt général. Je ne recherche pas les mandats. Ma philosophie est de rester humble, naturel et abordable. Et surtout ne jamais oublier que nous sommes là pour représenter la profession.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.