Le Gouvernement a présenté mercredi ses mesures de soutien au BTP. Les professionnels déplorent un acte manqué et demandent un plan de soutien significatif.

C’est peu dire qu’ils s’attendaient à plus. Ils avaient pourtant tiré la sonnette d’alarme. Force est de constater que le Gouvernement est resté sourd à l’appel de la FFB et la FNTP. Acte manqué, mesurettes, « rien ou presque ! », s’afflige même Jacques Chanut, président de la FFB.

Avec son homologue des travaux publics, Bruno Cavagné, ils avaient fait monter la pression auprès du Gouvernement. « Aider le BTP, c’est sauver l’emploi partout en France », invoquaient-ils dans un cri d’alarme commun. En jeu, près de 2 millions d’emplois générés grâce à l’activité de 500 000 entreprises, essentiellement TPE-PME.

La FFB et la FNTP se mobilisent pour un plan massif de relance du BTP après la Covid-19.

Quelques mesures et un plan de relance… à la rentrée

Parmi les préoccupations majeures, la question des surcoûts liés à l’arrêt des chantiers et aux mesures sanitaires. L’Etat répond « promotion des chartes définissant une approche solidaires », comité de suivi et renvoie à l’ordonnance de mars qui permet d’augmenter les avances aux entreprises titulaires de marchés publics au-delà de 60%. Le projet de loi finance rectificatif prévoit par ailleurs que les entreprises de moins de 50 salariés qui ont subi des pertes de chiffres d’affaires importantes puissent bénéficier de remises de charges sociales jusqu’à 50% pour les mois de mars à mai.

Pour doper la reprise, l’Etat abondera d’un milliard d’euros sa dotation de soutien à l’investissement local, contre 0,6 milliard initialement. Il envisage aussi de renforcer le dispositif de garantie de l’Etat à l’assurance-crédit. Surtout, le Gouvernement renvoie les acteurs au plan de relance de l’économie qui sera présenté à la rentrée.

A quand un plan de soutien significatif ?

Pas de quoi contenter les organisations professionnelles. « L’impact des mesures annoncées ne permettra de compenser qu’une petite partie des surcoûts supportés par les entreprises pour préserver la santé de leurs compagnons, déplore Jacques Chanut qui attend toujours un plan de soutien significatif ».

Les pistes de relance émises par la FFB et la FNTP ne manquent pourtant pas : prise en charge des surcoûts liés au Covid et annulation des charges fiscales et sociales ; mise en place d’un véritable mécanisme d’incitation à l’investissement local, plan massif de rénovation énergétique des bâtiments ; relèvement des budgets consacrés aux infrastructures et à la gestion de l’eau et enfin, retour à un taux de TVA à 5,5% pour l’ensemble des travaux.

Pourvu qu’elles ne tardent pas alors que les acteurs craignent un effondrement de la commande publique. Au risque d’un hiver plus meurtrier que jamais.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.