Avant tout dirigeant des SAS Lavogez (Preures) et 3D Bois (Herly), Patrick Lavogez, 46 ans, est également mandataire Qualibat, au CA de la FFB Côte d’Opale et au CA du Pôle Bois-Métal de la FFB. Il assure aussi la vice Présidence de la Chambre des Métiers de Saint-Omer.

Pourquoi et comment vous êtes-vous engagés en tant que mandataire Qualibat ?

Jean-Philippe Dubiquet, président des mandats FFB à l’époque, m’a demandé si je voulais assurer un mandat. Parmi eux, celui de Qualibat m’intéressait plus particulièrement. J’étais curieux de comprendre comment fonctionnait ce que l’on perçoit souvent comme une «usine à gaz».

Quel est votre rôle ? 

Qualibat est un organisme de qualification pour les entreprises de bâtiment. Aujourd’hui, les entreprises qui veulent être «Reconnu Garant de l’Environnement» (RGE) ou obtenir des aides de l’Anah, doivent être qualifiées Qualibat. Tous les 15 jours, nous participons à des commissions pour le Nord-Pas-de-Calais avec une vingtaine de représentants du secteur (entrepreneurs, assureurs, bailleurs sociaux, architectes…) et de différents syndicats. Sont étudiés les dossiers des entreprises du gros œuvre comme du second œuvre dans lesquels sont référencés trois chantiers (avant, pendant et après) et sur lesquels nous jugeons de la qualité de l’entreprise. L’attention est aussi portée sur les qualités administratives basées sur les devis, les factures, sur la qualification du personnel (pas trop de sous-traitant, d’intérimaires)… Des fiches de satisfactions remplies par leurs clients sont aussi étudiées. 

Les entreprises ne rechignent-elles pas devant ce montage complexe ?

Le nombre d’entreprises qualifiées ne diminuent pas. Avec le RGE, elles ont même été plus nombreuses. Aujourd’hui, on note 5 640 entreprises des Hauts-de-France qualifiées dont 4 710 RGE grâce aux «Pros de la Performance» de la FFB. Nous, artisans, nous sommes plus techniques qu’administratifs. Mon conseil est de ne pas attendre un mois avant la date de clôture de renouvellement du dossier de qualification qui est tous les 4 ans. Ce sera compliqué! De plus, Qualibat a un bon outil en ligne. L’entreprise y possède son compte personnel dans lequel elle peut donner les éléments nécessaires au montage de son dossier, au fur et à mesure de ses chantiers. Et à la FFB, Sélim Pigache peut vous donner de précieux conseils.

Un conseil aux entrepreneurs ?

J’assure bénévolement mon rôle de contrôleur sur les dossiers et mon entreprise reste ma priorité. C’est sûr qu’il y a une méconnaissance de Qualibat souvent percue comme le gendarme. Mais maintenant pour répondre à certains marchés, il faut être qualifié. Cela montre le sérieux et la fiabilité d’une entreprise. Qualibat défend avant tout l’intérêt des entreprises et écarte les mauvaises. Venez voir comment cela fonctionne! A partir du moment où vous êtes sûr de vos techniques, faites cette démarche de qualification. 

Et demain ?

Récemment nous avons eu une réunion avec Qualibat national dans les bureaux de la FFB à Marcq-en-Baroeul. Nous avons pu échanger, proposer des choses pour 2019. Par exemple, certaines qualifications en menuiseries seront probablement supprimées. Il devrait donc y avoir du mouvement. Comme nous nous appuyons sur les Documents Techniques Unifiés (DTU), si ces normes changent alors Qualibat devra s’adapter. 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.