Qu’attendent les maîtres d’ouvrage / d’œuvre des entreprises ? Chaque mois, La Chronique leur donne la parole.

Comment se porte l’investissement du Département ?
Le Département va stabiliser, entre 220 et 250 millions d’euros, ses investissements jusqu’à 2021. Trois très gros projets sont inscrits dans la trajectoire financière : le siège du Forum, le contournement Nord de Valenciennes et enfin le canal Seine-Nord. Parallèlement, nous continuons des opérations routières plus classiques et les rénovations de collèges, sans compter le retour de l’aide aux communes avec 35 millions d’euros par an.

Comment qualifieriez-vous vos relations avec les entreprises ?
Le Département en sa qualité de maître d’ouvrage a de bonnes relations avec l’ensemble du secteur du BTP. Nous avons très peu de procédures contentieuses et travaillons depuis longtemps avec une majorité d’entreprises régionales.

Comment se passe la transition vers la dématérialisation ?
Nous avons basculé sur la dématérialisation des paiements il y a maintenant un an et demi. Après des débuts difficiles, nous sommes désormais en rythme de croisière en informant les entreprises sur les procédures dématérialisées de manière à ce que le plus grand nombre dépose ses factures sur le portail Chorus facture. La montée en charge est plutôt satisfaisante, avec des délais de paiement qui redeviennent dans la normale. C’est en revanche plus timide pour les appels d‘offres car beaucoup de PME répondent à nos consultations, sur des marchés à bons de commandes avec des lots géographiques fractionnés.

Concrètement, qu’attendez-vous des entreprises ?
La priorité est qu’elles répondent aux cahiers des charges aux meilleurs coûts dans les meilleurs délais. Nous sommes aussi attachés à ce qu’elles participent à l’effort d’insertion des allocataires du RSA. Donc nous avons mis des clauses sociales dans la quasi-totalité de nos marchés. Je remarque que dans le Nord, les entreprises jouent le jeu en consacrant du temps à offrir de véritables parcours d’insertion. Certaines d’entre-elles participent d’ailleurs aux plateformes de retour à l’emploi de nos allocataires du RSA, en dehors de toute commande publique. Il y a une vraie action citoyenne.

Un conseil ?
Pour celles qui n’ont pas l’habitude de travailler avec le Département, je leur conseille de ne pas attendre de voir un appel d’offres qui les intéresse pour se rapprocher de nos services. Nous sommes tout à fait disposés à accompagner les entreprises très en amont dans la réponse aux appels d’offres publics. Enfin, et je l’ai observé dans d’autres collectivités, je pense que les entreprises devraient mettre un point d’honneur aux conditions d’achèvement des ouvrages, et notamment la levée des réserves. C’est un moment où elles veulent aller un peu vite, ce qui peut parfois laisser une mauvaise image dans les services.

 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.