Elle était humble couturière à ses débuts, occupée à ravauder un tissu urbain déchiré par la crise du textile. La SEM «Ville renouvelée» est aujourd’hui une sorte de Shiva, opératrice à dix ou douze bras, qui entend dynamiser le versant nordest de la métropole lilloise.

D. Givois 1 - Ph B Verfaillie-min
Dominique Givois, directeur général de la SEM Ville Renouvelée.

« Cent personnes unies par un dessein de transformation de la Ville» : c’est ainsi que Dominique Givois, son directeur, décrit «Ville renouvelée». C’est l’une des plus grosses sociétés d’économie mixte de France, basée à Tourcoing. En l’espace de quarante ans, l’outil a progressivement élargi son spectre de la friche à la cité dans toutes ses dimensions tels que l’urbanisme, l’habitat, l’économie, la culture).

Une étape déterminante a été l’entrée de la communauté urbaine dans son capital en 1996 . Son principal métier réside dans l’aménagement et la construction ; la SEM l’exerce dans la ZAC de l’Union, dans le centre de Wattrelos, autour de la gare de Roubaix ou dans le quadrilatère des piscines à Tourcoing. Elle est aussi impliquée dans des partenariats publics-privés, comme le projet «Quai 22» à Saint-André, avec les promoteurs Linkcity et Ceetrus. Elle se mêle de développement économique, lorsqu’il s’agit de bâtir, avec Eiffage immobilier, un nouveau siège pour «Booking.com» à Tourcoing ou d’accueillir start-up et écoles au sein de «La plaine images». Enfin, l’opératrice gère 7 200 places de stationnement, dont elle veut faire des lanceurs de mobilité.

En chiffres:
2 350 logements et 200 000 m2 de locaux économiques autorisés dans les projets développés par Ville renouvelée (2015- 2019)
70 % de nouvelles entreprises à La Plaine Images (de 83 à 140)
182 entreprises dans les immeubles exploités par la SEM, occupés à plus de 90 %

Fin du Syndrome de la Cheminée

Ces efforts portent-ils tous les fruits attendus? On sait la très lente émergence du projet de l’Union, où les premiers logements apparaissent vingt ans après le top départ. La revitalisation des espaces libérés par des usines monstres, à la limite de Roubaix et Wattrelos, s’annonce ardue également. Le versant nord-est reste pauvre, les promoteurs ne s’y bousculent pas… Dominique Givois positive : «Le territoire a une capacité à se régénérer étonnante. Il est sorti du traumatisme de la cheminée abandonnée. Le patrimoine bâti peut être désormais considéré pour ce qu’il est: un atout remarquable. La société Vestiaire collective l’a compris, qui s’est installée dans les locaux industriels réhabilités du Champ libre à Tourcoing». Ville renouvelée ne triomphe pas mais engrange les acquis et se donne des objectifs pragmatiques. On retrouve notamment la déclinaison des nouveaux programmes de rénovation urbaine de Roubaix, Tourcoing et Mons-en-Baroeul, la poursuite du projet de l’Union, d’autres interventions sur les berges de la Deûle, des aménagements liés au schéma métropolitain des infrastructures de transport. Difficile d’être plus précis alors que les gouvernances politiques du territoire sont en plein… renouvellement. «Nous attendons avec impatience des orientations stratégiques», glisse Dominique Givois…

Avec les entreprises


Le directeur de Ville renouvelée place les entreprises de BTP au rang de partenaires privilégiés. Il y a deux ans, la SEM a déploré un «manque de répondant» à ses appels d’offre, peut-être dû à un effet d’attraction des marchés du Grand Paris. «Puis nous avons assisté à un relèvement des prix, qui nous a mis un peu en difficulté mais qui était juste», note encore Dominique Givois. Lors de la crise sanitaire, Ville renouvelée s’est efforcée de payer au plus vite ses factures et a pris une part «raisonnable» dans les surcoûts dus à la réorganisation des bases-vie notamment. «Nous avons besoin des entreprises et sommes préoccupés par les difficultés de certaines», conclut le directeur. 

La Plaine Images chouchoutée


La Plaine Images, projet chouchou de Ville renouvelée. Parce qu’il cartonne et parce qu’il illustre la variété de ses pratiques. La SEM reconvertit l’ancien site industriel, à la limite du périmètre de l’Union ; elle achète les emprises, gère les surfaces immobilières et façonne les espaces publics. Elle investit dans des immeubles tertiaires construits sur place, comme le Link, et bientôt le Smart. Elle exploite un parking mutualisé. Mais elle est aussi animatrice du cluster de l’audiovisuel et travaille à son développement. A ce titre, elle prépare l’arrivée de trois nouveaux établissements de formation : le «pôle IIID» de la Catho de Lille, au débouché de la voie rapide urbaine et deux écoles, de cinéma et d’effets spéciaux, dans un ensemble neuf de 15 000 m2 au sein même de «La plaine»..

Retrouvez le dossier de Project City où intervient Ville renouvelée ici.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 n° + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 n° + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×