Dirigeant de la SCT Masneuf à Millam, Jean-Yves Masneuf, 61 ans, a été élu président de la FFB Côte d’opale en juin. Administrateur de la Chronique du BTP, il siège également au conseil d’administration et au bureau de la FFB 59/62.

 

Entretien avec Jean-Yves Masneuf

Pourquoi et comment est venu votre engagement ?

Mon élection à la présidence FFB Côte d’opale en juin dernier est la suite logique de mon implication. J’ai été administrateur, puis au bureau et depuis trois ans j’en étais le vice-président.

En quoi consiste votre mission?

Avec un siège basé à Coquelles et une vaste zone d’action, de la frontière belge jusqu’à Berck-sur-Mer en passant par Saint-Omer, il faut sans cesse dynamiser la FFB Côte d’opale afin de maintenir la proximité avec nos adhérents. En 2018, nous comptions 447 entreprises soit 4430 salariés. Je souhaite également que mes administrateurs soient encore plus impliqués. Je leur ai demandé à chacun de me soumettre un sujet sur lequel on pourrait réfléchir.

Sur quels sujets travaillez-vous en particulier? 

Le recrutement et la formation sont deux problématiques récurrentes. Par exemple, si un entrepreneur souhaite prendre un jeune de moins de 16 ans dans son entreprise, c’est très compliqué ! On ne peut ni le faire monter sur un échafaudage, ni lui confier certain appareil… Nous allons également travailler sur le recyclage des déchets du bâtiment.

Quels sont les problèmes relevés actuellement? 

Nous devons redorer l’image du BTP auprès des jeunes mais aussi auprès des parents qui prennent souvent les décisions d’orientation. Il faut que notre secteur ne soit plus vu comme une voie de garage. Il y a quelques années, j’allais présenter les métiers du bâtiment dans les écoles. Les élèves ne s’arrêtaient même pas devant le stand ! Je voudrais aussi que les plus petites structures n’hésitent pas à solliciter la FFB, grand nombre d’entre elles ne nous appellent jamais ! Nous sommes là pour les aider. Les entreprises de -10 représentent 72% de nos adhérents en Côte d’Opale. Et 2% pour les plus de 50 salariés ! La FFB n’est donc pas uniquement faite pour les majors! Elle s’adresse aussi aux petites structures. Pour être adhérent, il faut au moins un salarié inscrit à la Caisse des congés payés.

Diriger un territoire, ce n’est pas un travail en solitaire mais en équipe 

Quelles solutions, quelles aides apportez-vous ? En expliquant aux jeunes que les salaires du BTP ne sont pas mauvais! Au bout de 10 ans de boutique, un maçon peut facilement gagner 2 000 euros net par mois en comptant les primes de panier repas et de déplacement. Allez trouver une entreprise qui vous donne un ticket restaurant d’une valeur de 12 euros! Puis il n’y a pas de monotonie dans le bâtiment, les chantiers sont souvent divers et valorisants. Je voudrais également continuer à « bétonner notre sécurité». Après notre convention signée avec la gendarmerie de Dunkerque-Hoymille, l’objectif est d’étendre notre système de prévention de vol sur chantier à tout notre territoire.

Personnellement, que vous apporte cet engagement ?

Ce mandat est pour moi un aboutissement de carrière car je prendrai ma retraite d’ici 3-4 ans. S’impliquer dans un mandat c’est communiquer et transmettre les doléances des entrepreneurs au niveau national. Souvent la première question qu’un chef d’entreprise me pose est : « combien de temps ça va me prendre»? On ne peut pas s’engager au détriment de notre entreprise. Bien évidemment cela implique un peu de disponibilité, mais pas mal de nos réunions se font maintenant par téléphone et les Conseil d’administration n’ont lieu que 4 fois par an. Mais si ça peut porter ses fruits ça peut valoir le coup, non ? 

La vie de la FFB vous interesse ? Continuez par ici! 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.