Érigé en plein centre de Mons-en-Baroeul en 2017, La Pépite, immeuble de 45 logements, assume son rôle de totem urbain grâce à la dentelle de métal qui l’habille. Zoom sur un défi esthétique qui fait la part belle à l’acier.

 

Une résille de métal pour mieux séduire: La pépite!

Au départ, le projet d’architecte pour construire la Pépite prévoyait un habillage de béton faisant office de structure porteuse. Et puis, la Ville de Mons, maître d’ouvrage a souhaité faire de cette tour de dix étages située à deux pas de la mairie, un symbole. Un totem esthétique emblématique d’une ville moderne et dynamique. Et c’est alors que le métal a supplanté le béton. Haute de 36 mètres, la résille en acier qui habille le bâtiment a donné du fil à retordre à ses concepteurs. La superposition de ces X d’acier dessinant des losanges de surface tous différents est à l’origine d’un premier défi de conception. « Grâce au logiciel paramétrique « Grasshopper », nous avons pu optimiser le nombre d’éléments afin de respecter l’enveloppe budgétaire du projet », raconte Laurence Ployaert, architecte chez Coldefy.

Chiffrée à 417 000 euros, la fabrication a représenté un challenge supplémentaire. « Il y avait beaucoup d’éléments entremêlés les uns aux autres », se souvient Emmanuel Auer, dirigeant de l’entreprise familiale Auer Constructions Métalliques basée à Langres en Haute-Marne (123 salariés).

Afin de garantir un assemblage final le moins visible possible et conserver l’aspect élégant de la maille, le maximum des soudures ont été réalisées en atelier. Plus de 2500 heures ont été nécessaires pour découper, agencer les tubes de 140 x 140 cm en acier S275, puis les galvaniser à chaud pour les protéger de la corrosion, avant de les peindre en blanc par thermolaquage.  Les 75 tonnes de charpente ont été ensuite livrées sur site par morceaux de 5 mètres de hauteur. Il a fallu quatre mois et cinq poseurs pour boulonner la centaine d’éléments de la structure. Des bracons maintiennent l’ouvrage à une distance de deux mètres par rapport à la façade en béton de l’immeuble.

Le résultat : une impression de légèreté, conforme au souhait du maître d’ouvrage. La nuit, l’ouvrage est mis en lumière grâce à 70 projecteurs à Led, alimentés par panneaux photovoltaïques. Une réalisation à 100 000 euros qui permet de transformer la résille d’acier en robe de soirée. Du travail de haute-couture.

La fiche

Maître d’ouvrage : Ville de Mons-en-Baroeul

Maître d’œuvre : Coldefy et Associés architectes urbanistes

Charpente Métallique : Constructions Métalliques Auer

BET structure métallique : ETI (Etudes et Techniques nternationales)

Mise en lumière : Noctiluca

 

Pour plus d’actus du BTP, c’est ici!

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 n° + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 n° + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×