Le groupe IRD, issu du monde de l’entreprise, fait de l’immobilier pour agir sur l’emploi. Le «Jardin d’eau», au coeur de la métropole lilloise à la Pilaterie, est l’une de ses réalisations-phares et elle va connaître un nouvel élan. 

jardin d'eau IRD Chronique btp

Un deuxième bouquet d’immeubles à ossature bois poussera bientôt dans «Le jardin d’eau». Celui-ci se situe à la limite de Wasquehal, Marcq-en-Baroeul et Villeneuve d’Ascq, dans la zone d’activité de La Pilaterie. Le groupe patronal IRD lance la commercialisation d’une parcelle de 21 000 m2 , à l’intention d’entreprises tertiaires. «Un terrain de cette taille, c’est une perle rare dans la métropole, soulignait au printemps Marc Verly, président du pôle immobilier d’IRD. Il peut convenir à une société extérieure à la région comme à des grands noms des Hauts-de-France. Et nous estimons que le marché est suffisamment dynamique aujourd’hui pour concrétiser cette proposition».

Dans cette opération, IRD applique une méthode polie sur le métier depuis vingt ans. Le groupe s’est d’abord spécialisé dans l’aide au développement et à la transmission d’affaires. Par la suite, il est devenu progressivement un acteur immobilier… particulier. «Nous ne sommes pas des promoteurs ni des investisseurs au sens classique, explique Alex Marchal, directeur du pôle immobilier. Nous sommes des entrepreneurs qui nouons une relation avec d’autres entrepreneurs. Nous co-construisons avec eux les solutions bâties qui leur permettent de maintenir ou créer des emplois».

Ainsi au Jardin d’eau, les architectes de l’agence marcquoise GBL ont établi une sorte de cahier de formes, d’aménagements et de matériaux, à partir duquel des modèles sur mesure seront composés pour les futurs utilisateurs.

 42,5 millions d’euros investis l’an dernier par IRD

C’est de cette manière déjà qu’a été développée la première tranche du programme. Deux immeubles de 4 000 m2 et 7 000 m2 abritent les sièges de Movitex, Suez, Kiloutou et le comité régional de tourisme, ainsi qu’un «Rest’eau» posé sur un petit étang.

Le pôle immobilier IRD est aujourd’hui partie prenante de 65 opérations. Ces dernières se réalisent soit sous forme minoritaire dans des SCI, soit en plein, par le biais de ses foncières. En 2019, il a investi 42,5 millions d’euros. A Eurasanté, il livrera en juillet un bâtiment de 4 100 m2 occupé par l’Etablissement français du sang . Pour cela il doit encore réaliser 3 800 m2 de surfaces. Chemin Napoléon à Hellemmes, il réhabilite d’anciens bureaux de Suez et y ajoute des locaux d’activités. On le retrouve au sommet du «Swam» à Euralille, où il investit plus de 4 millions d’euros dans un restaurant panoramique, et à Halluin où il aménage les 15 ha du parc du Front de Lys pour la Mel.

Le groupe pose même des jalons hors de la métropole, comme à Valenciennes où il a acquis deux bâtiments promus par Carré Constructeur, dans le secteur des Rives créatives de l’Escaut : sur 5 000 m2 , ils abritent trois sociétés.

Toute l’actu de l’immobilier régional ici !

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.