Le gouvernement vient d’annoncer plusieurs mesures en faveur de la relance de l’investissement des entreprises et des collectivités. Pour accélérer l’amorçage de reprise économique que certains veulent voir dans quelques indicateurs, l’investissement est, avec la consommation des ménages, la clé de la croissance. La mesure phare présentée par Manuel Valls le 8 avril, est la possibilité, pour une entreprise, de sur-amortir ses investissements réalisés entre le 15 avril 2015 et le 15 avril 2016. Concrètement, les achats industriels pourront être déduits du bénéfice imposable d’un montant équivalent à 140% de leur valeur. Une aubaine, mais qui ne bénéficiera qu’aux équipements, et non à l’investissement immobilier… La FFB le déplore « alors que la tendance de l’activité sur ces segments de marché s’avère lourdement négative en 2015 ».

Rénovation énergétique

Une autre batterie de mesures concerne la rénovation énergétique et donc plus directement le secteur. Le budget de l’Anah, l’agence nationale de l’habitat, est relevé de 70 millions d’euros pour ainsi atteindre 536 millions en 2015, complété par les 151 millions d’euros du fonds d’aide à la rénovation thermique. L’éco-PTZ doit être développé en direction des copropriétés avec les banques et les syndics. Enfin, le crédit d’impôt pour la transition énergétique, le désormais fameux CITE, est prolongé jusqu’en 2016. Des mesures bien accueillies par la profession et dans la ligne du plan de relance du secteur du logement de l’été dernier.
Le gouvernement a également annoncé des mesures importantes pour les collectivités locales. Reprenant une formule qui avait fait ses preuves au lendemain de la crise financière, il propose aux collectivités locales un remboursement anticipé de la TVA sur les investissements publics.
Mais à la différence de la formule de 2009, l’Etat ne décaissera pas le remboursement directement et demande à la Caisse des dépôts de faire l’intermédiaire financier via un prêt à taux zéro. La Caisse prêtera ainsi, sans plafonnement, la somme que l’Etat devra reverser dans deux ans aux collectivités. C’est près de 2 milliards d’euros de commandes publiques qui pourraient ainsi être libérés.

Les TP servis

Pour les travaux publics, la validation du plan autoroutier permettra d’offrir de belles perspectives aux entreprises du secteur, avec 3,2 milliards d’euros d’investissement, dont 80% dans les trois ans. Enfin, 300 millions d’euros sont injectés dans l’Agence de financement des infrastructures de transport, et 200 millions pour des projets routiers ou de transports innovants. 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.