Favoriser le réemploi des sédiments dans des matériaux de construction. Tel est l’objet du programme ECOSED porté par l’IMT Lille-Douai (ex-Mines) avec une douzaine de partenaires. Fort d’avancées, il vient d’être reconduit pour 5 ans. 

Nom de code : ECOSED. La chaire industrielle de recherche « ECOnomie Circulaire des SEDiments » s’emploie à développer des méthodes de recyclage des sédiments. De quoi intéresser la douzaine de partenaires, industriels et institutionnels*, positionnés sur le suivi de ces recherches pour bénéficier de transfert de connaissances.
Fini le rebus ? Issus du dragage portuaire et fluvial pour ne pas empêcher le passage des bateaux, les sédiments ont longtemps été considérés comme des déchets. Grâce aux recherches menées par ECOSED, ils trouvent une nouvelle destinée dans différents matériaux testés, notamment sur des chantiers de génie civil. Routes, bétons de type préfabriqués (pour couler des cubes de béton ou des bétons de mobilier urbain), buttes paysagères, remblais, granulats artificiels pour consolider les plages… C’est que la valorisation des déchets et des sous-produits industriels représente une pratique d’avenir pour les politiques de développement durable et d’économie circulaire.

Un avenir pour les sédiments 

Depuis sa création en 2014, la démarche mobilise et a conduit à de nombreux sous projets.
C’est ce qui a poussé l’IMT Lille Douai à prolonger, en juin, la chaire ECOSED pour 5 années supplémentaires. L’entreprise Nord Asphalte a, par exemple, lancé avec elle l’initiative Sediasphalte. Ensemble, ils emploient les sédiments pour fabriquer de l’asphalte. Le cimentier EQIOM travaille lui aussi en partenariat avec l’IMT Lille-Douai pour l’intégration des sédiments dans la formulation du ciment. Et les perspectives sont engageantes ! D’autres projets sont en cours pour expérimenter grandeur nature de nouvelles utilisations des sédiments à l’instar des chantiers portés par la MEL et le Cd2e-Sedilab.
Autant de mises en application qui portent la structuration de cette nouvelle filière d’économie circulaire dont le secteur de la construction à tant besoin.

Eiffage-IMT :

un projet pour la route Aux côtés d’ECOSED existent d’autres chaires de recherche. L’une d’elles, en partenariat avec Eiffage Route, s’articule autour du développement de matériaux routiers innovants. L’un des axes de recherche étudie la caractérisation physico-chimique, minéralogique et environnementale des sédiments. Ce, pour identifier les polluants présents et proposer à terme des solutions de traitement. Une avancée qui faciliterait considérablement la valorisation des sédiments en technique routière.

 

*Les partenaires fondateurs sont Colas, HOLCIM, le Grand Port Autonome de Dunkerque, l’ARF (Activités de Recyclage et de Formulation), NEO-ECO recycling, Carrières du Boulonnais, le Département du Nord, Voies Navigables de France. Et les partenaires associés le Ministère en charge de l’Ecologie, le Conseil Régional HDF, la MEL et l’Agence de l’Eau Artois Picardie.

 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 n° + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 n° + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×