Si les mouvements de grève perlée de la SNCF chamboulent les déplacements des voyageurs, ils perturbent autant le transport de marchandises. L’Union nationale des producteurs de granulats (UNPG) a fait ses prévisions en prenant en compte la suppression de près de 80% des trains d’approvisionnement lors des premiers jours : «Sur les 18 périodes programmées d’avril à juin, 1 200 trains de fret pourraient être supprimés, soit près de 2 millions de tonnes de granulats non livrés sur les chantiers.» Alors que le Conseil d’orientation des infrastructures vient de proposer la dénavigation de 20% du réseau navigable, pour l’UNPG, la seule alternative à la grève est le transport routier. Avec pour conséquence près de 150 000 trajets par camion en plus. Le transport ferroviaire reste pour les producteurs de granulats un moyen de massification des produits rentables mais ils s’inquiètent de son avenir si «une feuille de route volontariste et réaliste à la hauteur de ses ambitions environnementales» n’est pas écrite.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.