Des mois que les acteurs du renouvellement urbain, bailleurs en premier lieu, réclamaient des moyens supplémentaires. Le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) ou plus communément l’Anru 2 devrait grimper à 10 milliards d’euros. Soit un doublement de la mise initiale, a annoncé Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des Territoires.                                                                                                        L’ambition portée durant la campagne présidentielle par Emmanuel Macron a été réitérée lors des Journées nationales d’échanges des acteurs du renouvellement urbain qui se tenaient fin de semaine dernière à La Villette à Paris.                                                                                                                     Reste une question en suspend : qui paiera la facture additionnelle ? Pour Jacques Chanut, président d’Action Logement et principal financeur, pas question de demander de nouveaux efforts aux partenaires sociaux, qui payent à plus de 90% le renouvellement urbain. On se souvient qu’en septembre dernier, Manuel Valls, alors Premier Ministre avait ajouté un milliard d’euros dans l’escarcelle de l’Anru 2. Et le nouveau secrétaire d’Etat de conclure : “le Gouvernement sera au rendez-vous”. En attendant les arbitrages budgétaires.

 

Hausse confirmée pour la production de granulats et de BPE

Par rapport aux cinq premiers mois de l’année dernière, la production des granulats est en progression de 3,8 %. Celle de Béton prêt à l’emploi connaît une belle augmentation de 6,5 %. Selon l’Union nationale des industries de carrière et matériaux de construction (UNICEM) qui dévoile ces chiffres, la forte demande en BPE est directement liée au redémarrage des mises en chantier de logements et de locaux d’activité. A contrario, le redressement moins vigoureux des travaux publics explique la stagnation de la livraison de granulats : le cumul des quatre premiers mois affiche ainsi un décevant – 0,5%. Les carnets de commande continuant à se remplir – notamment grâce à l’attribution des projets du Grand Paris – le secteur reste toutefois optimiste pour les mois à venir.

 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.