Ce sont des travaux effectués avec d’infinies précautions. «Au scalpel», dit Etienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques, passionné par son sujet : la maison natale du général de Gaulle !

Cent trente ans après la venue au monde de Charles De Gaulle, au 9 rue Princesse à Lille, la valeur symbolique du lieu est intacte. Mais le bâtiment avait besoin d’une consolidation et d’un rajeunissement.

Depuis que le Département du Nord a pris la maison-musée en gestion en 2014, sa fréquentation a doublé, de 10 000 à plus de 20 000 visiteurs. Sous les pas de cette foule, certains planchers s’étaient creusés; quelques poutres et même des cheminées donnaient des signes de faiblesse.

Le chantier lancé l’automne dernier vise d’abord à remédier à ce qu’Etienne Poncelet, le maître d’oeuvre, appelle «de petits désordres».Ainsi dans ce qui fut la chambre d’amis de la maison, une cloison de briques contenues dans une armature bois ne reposait pas correctement au sol ; l’ouvrage sera refait dans les règles de l’art avec un matériau de remplissage léger. La réouverture est prévue pour novembre prochain.

 

Charles De Gaulle est né le 22 novembre 1890 rue Princesse, dans ce qui était la demeure de ses grands-parents maternels. Le futur homme d’Etat a séjourné fréquemment sur place jusqu’en 1912. La maison a été ouverte au public en 1983 et rachetée à ses propriétaires par la fondation Charles De Gaulle en 1991. Au début de ce siècle, un espace d’exposition temporaire et un centre de documentation ont été construits dans le jardin.

Quête de véritémaison-natale-charles-de-gaulle-chambre-renovation-chronique-btp

 

Les autres interventions s’apparentent à une quête de vérité. L’architecte des monuments historiques, les entreprises et l’équipe du musée dirigée par Marie Lefebvre cherchent à reconstituer les aménagements qu’a connus durant ses jeunes années le plus illustre des Lillois.

Ils soulèvent des planchers, ouvrent des niches fermées depuis des décennies, examinent les couches de papier-peint et les décors peints et repeints.

Au terme de leur travail, en novembre prochain, on retrouvera la cuisine débarrassée des plaques de plâtre qui l’avaient fait disparaître, l’alcôve rétablie dans la chambre de la grand-mère du petit Charles et une véranda-jardin d’hiver identique au modèle initial. «Le parcours muséal sera largement renouvelé», résume la directrice de l’équipement.

Cette première phase de restauration coûtera 2,4 millions d’euros (à régler par le Département du Nord, avec des appoints en mécénat et souscription publique). Un deuxième chantier sera ensuite consacré à la restructuration de la cour, pour 1,1 million d’euros.

 

La fiche

BET : Axiome conseils, Cabinet Pilté, Cicanord, Véritas, CSPS Consulting.

Echafaudages, maçonneries : Métropole construction, Chevalier Nord, CRBS, Reatub.

Charpentes, planchers, menuiseries : Metranor, Aubert-Labansat.

Métallerie, verrière : Saniez, Lelièvre-Driot, Clovis Vitrail, Serre ancienne.

Couverture : Grimonpon.

Plâtrerie : Staff Courtenay.

Electricité : Satelec.

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.