Au cours des cinq prochaines années, l’établissement public foncier ( EPF ) Nord – Pas de Calais, grand recycleur des friches, promet d’être «au côté des territoires, sur tous les terrains».

 

Derrière chez vous, devinez ce qu’il y a? Sans doute un établissement public foncier… Dans de multiples communes du Nord – Pas de Calais, depuis trente ans, l’ EPF a acheté, recyclé et revendu des terrains et des bâtiments délaissés. Par son biais, des friches se sont muées en morceaux de ville, en zones économiques ou en espaces de nature.

Dans son tout nouveau programme pluriannuel d’intervention (PPI) 2020 – 2024, l’établissement prévoit 415 millions d’euros d’acquisitions, de travaux de démolition ou de dépollution, et de mises en sécurité de sites. Un objectif comparable au résultat des cinq années précédentes (voir encadré). Les recettes proviendront des cessions d’emprises réhabilitées et de la taxe spéciale d’équipement (TSE) qui est dévolue aux EPF.

Si la trésorerie de l’établissement Nord-Pas-de-Calais permet à ses dirigeants d’envisager sereinement le proche avenir, la conjoncture fiscale les inquiète un peu. «L’Etat nous a contraints à diminuer notre produit de TSE de 80 millions d’euros en 2015 à 47 millions d’euros aujourd’hui, rapporte le président Salvatore Castiglione. Nous ne pouvons pas tomber plus bas, sous peine de ne plus assurer toutes nos missions».

Un ami pour aller plus viteEPF-loranne-bailly-hdf-chronique-btp – 1

Dans la pratique, le PPI nouveau affiche une volonté de différenciation territoriale. Les fondamentaux demeurent : maîtriser les risques, améliorer le cadre de vie, contribuer au renforcement des armatures urbaines. Mais ils seront adaptés à la situation de chaque intercommunalité.

«Nous voulons aider les pouvoirs publics locaux à cerner leurs dynamiques foncières, à définir leurs projets, à identifier des opérateurs et des méthodes de recyclage», explique Salvatore Castiglione.

«Nous pouvons aussi les accompagner dans des montages juridiques innovants, indique la directrice Loranne Bailly. Nous sommes prêts à prendre des participations dans des SEM ou à participer à la création d’offices fonciers solidaire».

Alors que se profile l’obligation réglementaire «Zéro artificialisation nette» de terres, l’ EPF a lancé un appel à manifestation d’intérêt, invitant les collectivités à construire sans délai des stratégies de traitement des sites qu’elles ont repérés.

Pour l’heure, l’intervention de l’établissement public reste contenue dans le périmètre du Nord-Pas-de-Calais ; le Département de la Somme pourrait recourir à ses services, mais pas avant les prochaines échéances électorales.

440 hectares de friches recyclées en cinq ans

Entre 2015 à 2019, l’EPF Nord Pas de Calais s’est rendu propriétaire de 1 277 biens en friche, pour un montant de 278 millions d’euros. Il en a remis 337 sur le marché, représentant 440 ha et une valeur de 152 millions d’euros. Au terme de ces transactions, 3 200 logements ont été construits sur les terrains recyclés. Entre achats et ventes, l’établissement a aussi géré 2 000 biens et a piloté 400 opérations de travaux, pour un total de 100 millions d’euros

 

 

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.