Le dernier budget du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais dans son périmètre actuel est marqué par un investissement soutenu… et un emprunt record.

La tension dans l’hémicycle est palpable. Ce budget 2015 du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais est « le der des der » : dernier budget du mandat puisque des élections régionales sont programmées en fin d’année ; dernier budget à l’échelle du Nord-Pas-de-Calais puisque la fusion avec la région Picardie est désormais actée. Ceci explique sans doute cela : la présentation de ce budget primitif de l’institution régionale et l’examen des 56 amendements ont duré toute la journée du 29 janvier et s’est prolongée tard dans la soirée. Les débats furent vifs et parfois incisifs.

C’est un budget en hausse globale de 7,5% que Rudy Elegeest – vice président aux Finances a présenté, expliqué et défendu. La bonne nouvelle pour notre secteur est la volonté affichée de maintenir le niveau global d’investissement en accroissant les dépenses de 112 millions d’euros (de 606 millions d’euros en 2014 à 709 millions d’euros en 2015).

Ombre au tableau, l’endettement

Seule ombre au tableau, la hausse de 7% (94 millions d’euros) des dépenses de fonctionnement, soit deux fois la hausse des recettes de fonctionnement, entraînant une baisse de l’auto financement et surtout une hausse très importante du recours à l’emprunt. L’emprunt régional 2015 s’élèvera donc à 496 millions d’euros, un pic historique que n’a pas manqué de dénoncer l’opposition.

Il faut dire que les marges de manœuvre se rétrécissent : plus de levier fiscal et baisse drastique des dotations d’Etat : sur 4 ans, il faut se passer de 102 millions d’euros pour le Nord-Pas de Calais et de 51 millions d’euros pour la Picardie.

Le CESER exprime ainsi son questionnement, en amont du débat : « Face aux contraintes (…), et malgré les incertitudes, la Région arbitre la tension entre sa volonté d’investir et la contraction de l’auto financement en mobilisant le levier de l’emprunt. Cela risque de porter l’encours de la dette et la capacité dynamique de désendettement à des niveaux toujours plus élevés que ceux des autres régions de France (…). Le volume de la dette devient très préoccupant à 2,14 milliards d’euros ». Le CESER pose, en conclusion de son avis, la question de « la soutenabilité à long terme d’un encours de dette aussi massif, en dépit de son caractère sain »

 

Que retenir pour le secteur du BTP ?
Les principaux budgets et projets

  • Budget transports : 104 millions d’euros
  • Budget rénovation urbaine : 29,5 millions d’euros
  • Budget apprentissage : 28,3 millions d’euros
  • Budget lycées : 150 millions d’euros contre 163 millions d’euros en 2014
  • A noter que l’enveloppe « aide aux employeurs d’apprentis » diminue de 15 millions d’euros.
  • Calais Port 2015 : 50 millions d’euros dont 20 millions d’euros de recettes attendues. Ce programme mobilise 283 millions au total d’autorisations de programme en attente de notifications de fonds provenant des collectivités, de l’Etat, du Conseil général 62, de l’Europe.
  • Déménagement de Sciences Po : 5,3 millions d’euros en 2015 et 9,7 millions d’euros ultérieurement
  • Réserves du Louvre Lens : 30 millions d’euros au total dont 1,5 million d’euros cette année.

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.