Les 320 hectares de l’ancienne base aérienne 103 auront bientôt muté en une immense base logistique dernier cri: E-valley. Sept ans après le départ des militaires, les premiers bâtiments sortent de terre.

 

David Taieb, dirigeant de BT Immo, porte le projet E-Valley depuis cinq ans.
David Taieb, dirigeant de BT Immo, porte le projet E-Valley depuis cinq ans.

Une bonne dose de ténacité. Il en a fallu à David Taieb. Le dirigeant de BT Immo est à la manoeuvre de l’opération E-Valley depuis plus de cinq ans. Son ambition, créer ex-nihilo une base logistique aux derniers standards sur des terres jusqu’alors réservées à l’activité militaire. Un terrain de jeu de 320 hectares, idéalement situé. A cheval sur les communes de Haynecourt, Epinoy, Sancourt et Sauchy-Lestrée, surtout à la croisée des autoroutes A2, A26 et A1, mais également à proximité du futur Canal Nord-Europe. Au coeur d’un marché européen de 80 millions de consommateurs, David Taieb veut faire d’E-Valley la première plateforme quadri-modale française. La route, les airs, la voie d’eau et à terme le rail pourraient connecter sa base logistique à l’ensemble de l’Europe.

Premiers bâtiments dans un an

Le permis de construire signé en février 2019, les premiers coups de pelleteuse devraient débuter d’ici l’été. Au total, le projet doit aboutir à la construction de 700 000 m2 d’entrepôt. Trois phases de travaux jalonneront la vie de la future base. Un premier bâtiment de 240 000 m2 verra le jour d’ici un an. Suivront ensuite les autres étapes au gré de la commercialisation des espaces. Si BT Immo n’est pas maître d’oeuvre, l’opérateur souhaite mettre au coeur de son dispositif l’emploi local. Même si 4 grands constructeurs composent aujourd’hui sa short list, “il y aura beaucoup de travail en VRD”, anticipe David Taieb. Les locaux militaires existants bénéficieront également d’une cure de jouvence. Un marché dont Etyo assure l’assistance à maîtrise d’ouvrage pour reconvertir pas moins de 84 000 m2. Fin juin, les offres, plutôt à destination des PME, seront disponibles sur le site internet d’E-Valley. Pour, par et avec les gens du territoire. Tel pourrait se définir le projet E-Valley. C’est la volonté affichée par le dirigeant de BT Immo, qui “à prix égal souhaite favoriser les entreprises locales”. A terme, E-Valley devrait permettre la création d’environ 1 500 emplois directs et 1 000 emplois indirects.

“Disrupter la logistique”

E-Valley est né d’un constat : “j’ai voulu adapter l’immobilier à la vague numérique”, plaide le porteur du projet. “Les résidences pour personnes âgées évoluent vers de nouvelles offres de service et l’usage s’est fait une place au côté de l’emplacement en matière d’immobilier de bureaux. Il fallait donc disrupter la logistique”. Cela se traduira par un large panel de services : crèche d’entreprises, services aux chauffeurs, supérette, stockage pour les cartons, sanitaires pour les chauffeurs, call centers, studio photo ou encore SAV mécanique. “La mutualisation permet efficacité et bon prix comme sur le volet sécurité”, argue David Taieb. L’innovation passera aussi par le BTP. “Nous travaillons avec Saint-Gobain pour étudier les innovations que nous pourrions intégrer, notamment du côté du bitume, de l’acoustique et de l’éclairage”. Dans tous les cas, BT immo vise le label énergétique BREEAM niveau good, voire very good. Mais surtout, E-Valley sera connectée ou ne sera pas. “C’est primordial. Toutes nos entreprises doivent être connectées à Internet en permanence et sans coupures. Un défi “coûteux et compliqué” compte tenu de l’emplacement de la base, mais trois arrivées de fibres sont d’ores et déjà au programme pour sécuriser cet “approvisionnement”. Un challenge inhérent au projet : “Malgré la bonne volonté des élus et de l’administration, changer de destination un site militaire en un terrain constructible a demandé quelques années de travail”. Les choses devraient maintenant s’accélérer.

Le canal Seine-Nord, futur autoroute du drône ?

Le mégachantier du canal Seine-Nord-Europe s’est révélé la cerise sur le gâteau. «La voie d’eau étant l’un des réseaux dont le survol est autorisé, permettra la création d’une véritable autoroute du drône», se réjouit David Taieb. Alors que Chinois et Américains multiplient les tests de ce mode de livraison, son usage en logistique dans les Hauts-de-France se révélerait être une première en France. 

 

e-Valley2

 

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.