Le bailleur social Lille Métropole Habitat a noué un partenariat avec l’école d’architecture et de paysage de Lille pour chercher des pistes de réhabilitation de la résidence Tourville dans le quartier Bois-Blanc à Lille, futur chantier à l’horizon 2025-2027.

Inintéressante la résidence Tourville située dans le quartier Bois-Blanc à Lille ? Pas pour Gilles Maury, maître de conférence à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille. En examinant le patrimoine du bailleur social Lille Métropole Habitat, l’enseignant n’a pas hésité une seconde à jeter son dévolu sur ce bâtiment datant des années 70. C’est l’objet d’étude qu’il a confié durant cinq mois à une douzaine d’étudiants dont cinq œuvrant pour leur projet de fin d’année.

Depuis deux ans, LMH, basé à Tourcoing, et l’école ont mis en place un partenariat pour travailler sur des ouvrages remarquables dans l’histoire de la construction. Avec la résidence Tourville, Gilles Maury a eu le nez creux pour ses élèves, avec ce bâtiment intéressant à plus d’un titre : « C’est un modèle assez répandu et qui pose des questions de réhabilitation. Avec un grand bâtiment et un espace parking fascinant », explique-t-il. Un cas concret idéal pour les étudiants afin d’approfondir une étude documentaire et donner des pistes de réflexion aux équipes de réhabilitation du bailleur.

TOURVILLE, UN MODÈLE

Première découverte des étudiants ? La résidence a été conçue sur la base d’un modèle labellisé « modèles régionaux » en 1978 « Tourville est la première opération du genre dit EMC pour « éléments modulaires combinables », poursuit l’enseignant. Avec des points noirs : « La logique combinatoire de surfaces implique des angles difficiles à aménager dans les logements.

Ceux-ci sont d’ailleurs identiques quelque soit leur orientation. Et leurs gaines sont surdimensionnées », décrit l’étudiante Albane Siner qui y voit aussi des avantages : « On peut aller vers une logique de réaménagement en rassemblant plusieurs logements. Lesquels ont d’ailleurs de très belles vues et uniques. » Sans compter les espaces de circulation et leur manque de visibilité ou le sous-sol qui fait toute la surface du bâtiment sur laquelle a travaillé son collègue Neto Deberaldini pour l’ouvrir à d’autres utilisations.

Tourville, réimaginé par Neto Deberaldini pour son projet de fin d’étude avec l’école d’architecture de Lille et LMH.

Des contraintes et points saillants qui ont donné de quoi imaginer des solutions intéressantes pour les équipes de LMH. « C’est un premier jet qui va nourrir notre préprogramme, explique Laurent Schirmer, directeur du Patrimoine et de la Production chez LMH. J’aime, par exemple, l’idée de créer un jardin partagé au dessus de la crèche, proposer des solutions de gestion de circulation ou encore du sous-sol qui est à l’heure actuelle condamné. Cela va nous donner des indications et des orientations. »

La réhabilitation de Tourville est prévue à l’horizon 2025-2027 pour laisser le temps d’opter pour des choix de transformations judicieuses. « Qui sait si dans dix ans les besoins seront les mêmes ? L’objectif c’est de pouvoir y répondre sans réaliser de nouveaux grands investissements, en utilisant notamment le principe de modularité », indique Laurent Schirmer qui ajoute : « Et bien que Tourville soit un modèle, pour chaque résidence il faudra réétudier le cas pour l’adapter aux besoins. » De quoi donner aux prochains étudiants investis encore de nombreux cas d’étude.

Anne-Sophie Wallart, étudiante à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

“On côtoie le milieu professionnel qu’on aura probablement l’occasion de rencontrer dans nos futures activités” « C’est la deuxième fois que je travaille sur ce type de modèle mal vécu et perçu par les usagers. Avec l’idée de le remodeler plutôt que de le démolir. C’est très enrichissant. On côtoie le milieu professionnel qu’on aura probablement l’occasion de rencontrer dans nos futures activités. On amorce un petit réseau. C’est aussi une chance de travailler pour un bailleur comme LMH. Il y a certes des exigences mais on nous a laissé une grande liberté pour explorer les pistes possibles de réhabilitation de la résidence Tourville. Nous avons même eu accès à des questionnaires proposés aux habitants. »

Rosalie Bruge, chargée d’opérations chez le bailleur LMH

“C’est vraiment un partenariat donnant-donnant car les étudiants travaillent sur un sujet pratique pour leur projet de fin d’étude, visitent les lieux. Et leurs résultats sont valorisés”« C’est la deuxième année que nous travaillons avec l’école d’architecture de Lille. Tout a commencé par une prise de contact. L’école souhaitait travailler sur le modèle de gradins-jardins. A l’issue de ce travail, nous avons décidé de poursuivre le partenariat avec un travail en amont que les équipes LMH pourraient exploiter. Le choix s’est porté sur la résidence Tourville. Un patrimoine du modèle Robert / Coignet. C’est vraiment un partenariat donnant-donnant car les étudiants travaillent sur un sujet pratique pour leur projet de fin d’étude, visitent les lieux. Et leurs résultats sont valorisés par l’équipe LMH qui s’enrichit de leurs travaux. On espère bien poursuivre ce partenariat pour les années à venir. »

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.