par Benoît Loison, Président de la FFB 59/62

Nous, artisans et entrepreneurs du bâtiment ne demandons pas de médailles, de trophées, de titres, nous n’aurions pas voulu « être des artistes »… puisque qu’elle que soit la taille de notre entreprise, nous sommes des artisans et fiers de l’être. Non, mais nous nous battons pour le respect de notre métier et de nos compagnons. Aujourd’hui, après 10 ans de crise où nous avons tout fait pour maintenir l’emploi, les relations se tendent, se crispent sur les chantiers. Pas un jour sans que je sois interpellé, par l’un de mes confrères, entreprise générale ou pas, artisan ou « grande» structure, sur ces tensions persistantes et grandissantes. Elles nuisent à la conduite du chantier, ses querelles de voisinage de corps d’état non arbitrés, pèsent sur la qualité, les conditions de travail de nos compagnons et des chefs d’entreprise. Les mots, parfois vifs mais toujours respectueux ont laissé place à l’arme fatale : on dégaine les pénalités pour décliner toute responsabilité. Les conditions de travail de nos salariés sont parfois réduites au strict minimum et si légitimement l’Inspection du travail veille, la faute est, sans cesse, imputée aux entreprises.
J’en appelle à la responsabilité et à la concertation. Responsabilité des maîtres d’ouvrage mais surtout de la maîtrise d’œuvre : architectes et OPC, le bâtiment est, reste, doit rester un secteur humain, d’échange, de dialogue. Bien sûr il faut des règles, elles doivent être décrites dans les pièces écrites. Elles sont importantes ces règles pour régir la vie du chantier, en « communauté » mais alors qu’on les fasse respecter par celui ou celle dont c’est la mission. Je tiens aussi à rappeler le rôle d’ascenseur social du bâtiment. Les artisans, entrepreneurs du bâtiment accueillent, forment, des personnes souvent très éloignées de l’emploi et même de l’employabilité, et leur permettent de progresser dans l’entreprise. Quel autre secteur permet encore de démarrer au rez de chaussée et de gravir, étage après étage, la hiérarchie ? Alors oui parfois, le blues du Bâtiman surgit, pas d’aigreur, pas de regret juste un peu de découragement parfois. « Les bras m’en tombent quelque fois » me confiait une jeune chef d’entreprise récemment. Alors oui la Fédération Française du Bâtiment 5962 se veut porte voix des artisans et entrepreneurs du bâtiment, Alors oui la Fédération Française du Bâtiment 5962 agit, au travers de sa commission sociale, de sa commission inter-entreprises à rééquilibrer les choses, à remettre du lien, de l’échange de la sérénité sur les chantiers, Alors oui la Fédération Française du Bâtiment 5962 peut vous accompagner : juridiquement en cas de litiges, Alors oui la Fédération Française du Bâtiment 5962 peut vous permettre de rompre la solitude du chef d’entreprise, grâce à son réseau territorial et de métiers, Les 2 400 adhérents de la FFB 5962, leurs 30 000 salariés le valent bien !

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.