Dans le Bassin Minier, le centre de formation aux métiers du bâtiment a mis en place une filière réservée aux femmes. Une initiative régionale originale qui porte ses fruits dans les entreprises locales. Par Rachel Debrincat

Poser sa pierre à l’édifice de la mixité dans le secteur du bâtiment, c’est un défi du centre de formation des apprentis d’Auteuil Sainte-Barbe basé au pied des terrils de Loos-en-Gohelle. Depuis 2019, l’établissement qui forme près de 200 apprentis et adultes, en formation continue, aux métiers du bâtiment possède une nouvelle corde à son arc. Il compte parmi son panel de programmes pédagogiques un parcours destiné exclusivement aux femmes. Une formule de cinq mois financée par la région Hauts-de-France dans le cadre de l’Engagement pour le renouveau du Bassin Minier (ERBM) au nom attractif : « Talents féminins dans le bâtiment » que défend avec fierté Anne Pennequin, directrice du centre de formation.

« Le secteur de la construction a longtemps été masculin. Certes, certains métiers sont plus physiques mais de nombreux métiers peuvent être accomplis par des femmes. Car elles ont une précision, une minutie, que les entreprises apprécient. Alors qu’elles n’étaient que 8,6% dans les années 2000, elles sont aujourd’hui 12,3% », souligne-t-elle. Le programme a été bâti autour des métiers du second œuvre en mêlant des cours et deux périodes de stages en entreprise.

Anne Pennequin, directrice de Sainte-Barbe

PRÊTES POUR LES CHANTIERS

Il s’adresse à un public éloigné du monde du travail. « Les stagiaires que nous ont proposés Pôle emploi Liévin, notre partenaire, avaient entre 22 et 41 ans. Elles n’avaient jamais travaillé ou étaient en reconversion et parfois avec des difficultés familiales, financières… que nous accompagnons. Avec ce parcours, elles découvrent différents métiers. Elles posent du placo, des menuiseries, de la peinture, de la faïence… Et comme le temps est très court, on leur fait valider un bloc de compétences : celui de la pose de placo. Elles ressortent ainsi de la formation avec au moins une partie de diplôme validée », détaille la directrice. Et ce ne sont pas les seuls avantages pour les candidates. « Elles passent également les habilitations pour travailler sur les chantiers, ajoute Anne Pennequin. Et c’est ce qui plaît aux entreprises. » Miser sur des talents féminins est loin d’avoir rebuté les entreprises locales. « Lorsque Pôle emploi Liévin a pris contact en amont du lancement de la première promotion, de nombreuses entreprises ont joué le jeu et ce sont agrégées autour du projet. Aujourd’hui, une petite dizaine s’est engagée à prendre des stagiaires voire à proposer des contrats. » Quant aux candidates, alors qu’elles n’étaient que six en 2019, elles étaient douze pour la promotion 2020 avec des alternances signées. « De nouvelles candidates me contactent parfois par mail pour savoir quand aura lieu la prochaine promotion, se réjouit-elle. Nous l’espérons fin 2021 ou début 2022. Nous nous assurons d’abord que toutes aient un contrat à la clé. »

Pas encore abonné ?

En savoir plus
Fermer

Pourquoi s'abonner à la Chronique ?

Pour accéder :
  • à l'actualité BTP régionale
  • aux appels d'offres
  • aux indices-index
  • aux annonces légales
Avantages :
  • L'info métier et marché, partout et tout le temps, grâce à notre site
  • Un magazine mensuel miroir de l'activité locale
2 formules :
  • 1 an (10 magazines + web illimité) : 290 euros
  • 2 ans (20 magazines + web illimité) : 448 euros (soit 30% de réduction)
La version de votre navigateur est trop ancienne

Vous ne pourrez pas afficher de manière optimale le contenu de ce site. Télécharger

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.