Silvany Hoarau se définit comme  « un bernard-l’ermite qui sort d’une coquille pour aller dans une autre ».

Silvany Hoarau se définit comme « un bernard-l’ermite qui sort d’une coquille pour aller dans une autre ».

Wattrelos : Silvany Hoarau récidive à Saint-Gérard

Après l’église Saint-Louis à Tourcoing, Silvany Hoarau s’attaque à un nouveau défi : la métamorphose de l’Eglise Saint-Gérard à Wattrelos en cité artisanale consacrée aux métiers du patrimoine.

 

La fête du Touquet Saint-Gérard les 26 et 27 août derniers, a été l’occasion d’expliquer le projet de sauvetage de l’édifice et de rassurer les  habitants sur le devenir du bâtiment.  L’église Saint-Gérard sera le deuxième édifice des Hauts-de-France à bénéficier de ce sauvetage.
La fête du Touquet Saint-Gérard les 26 et 27 août derniers, a été l’occasion d’expliquer le projet de sauvetage de l’édifice et de rassurer les
habitants sur le devenir du bâtiment. L’église Saint-Gérard sera le deuxième édifice des Hauts-de-France à bénéficier de ce sauvetage.

Ici, Saint-Gérard à Wattrelos, un quartier de 700 habitants qui tiennent à leur clocher. Ils sont rassurés. Saint Gérard, église centenaire en 2007, désacralisée en 2011, était promise à la démolition. Mais c’était sans compter sur la ténacité de Silvany Hoarau, dirigeant de l’entreprise de couverture ToitSÛR, pour sauver l’édifice comme il l’a précédemment fait pour l’église Saint-Louis à Tourcoing. Là, il y a rodé un modèle pour mener à bien de telles réhabilitations.

Travaux d’ampleur

L’édifice concédé à l’euro symbolique laisse porter une lourde responsabilité à son nouveau propriétaire. Ce sont en effet des travaux d’ampleur qui n’attendront pas, tant l’urgence à intervenir est nécessaire : maçonnerie du fût du clocher à reprendre, toiture en amiante, mérule… L’Eglise condamnée, à présent objet de ce sauvetage, est assortie d’un cahier des charges précis : « mesures conservatoires et obligation de préserver le bâti et ses restrictions d’usage, exclusions d’activités liées au religieux, au politique et contraire aux bonnes mœurs », précise Silvany Hoarau. L’entretien doit quant à lui répondre à la pathologie du bâtiment, au maintien de la silhouette et de la présence architecturale de l’édifice.

Artisanat et métiers du patrimoine

Un bâtiment dont il faut trouver la mesure face à la démesure. Silvany Hoarau, appuyé par l’association FAR LAB (voir encadré), sait déjà la voie qui sera suivie : en faire le support pour le lieu d’une cité artisanale et le développement collaboratif des métiers du patrimoine. « ToitSÛR tend vers une décroissance », concède le chef d’entreprise, mais c’est pour mieux se consacrer à son projet de réunir les entreprises autour de ce nouveau défi. Réunir à l’intérieur d’une charte éthique professionnelle autant que morale en mutualisant les corps de métiers sur des marchés des projets du patrimoine. Tout en abordant tous les secteurs comme le recrutement, la logistique, l’assurance, la place à l’apprentissage et de la transmission. Ce qui se fait à Saint Louis – 1 million d’euros – va être le support pour la construction de ce groupement. « On pose des clauses d’économie sociale et solidaire dans les marchés, on accueille des jeunes en décrochage scolaire encadrés par des compagnons… », complète Silvany Hoarau.

Place à la modélisation

Avec ses 2 000 m² d’aménagement (densification des volumes, cellules autonomes autour d’un espace de travail partagé), l’expérimentation sur l’église Saint-Louis montre la voie. Comme à Tourcoing, ToitSÛR fera usage de Saint-Gérard. L’entreprise y emménagera avant la fin de l’année. Il faut encore débarrasser, aménager un atelier de façonnage avec les aires de stockage et entreprendre la charge du bâtiment. Silvany Hoarau compte reprendre le même mode opératoire que pour Saint-Louis : « passer par la structure pour l’ensemble des travaux, même maîtrise d’oeuvre et même opérateur ». Encore deux années de travaux à Tourcoing avant le grand saut à Wattrelos. Et sauver cette deuxième église.

FAR LAB, qu’est ce que c’est ?
Il s’agit d’un laboratoire citoyen poursuivant la conceptualisation, la viabilisation et la transmission des initiatives développées sur la sauvegarde de l’ancienne église Saint Louis à Tourcoing, en action citoyenne d’intérêt collectif. Le concept est né du constat d’une situation nationale préoccupante de patrimoine en perdition : sur 45 000 clochers, 1 000 vont disparaître et 5 000 autres sont eux-mêmes en péril (Source officielle).
Avec ce véritable laboratoire de recherche et développement, il s’agit de modéliser et incuber le projet de sauvegarde de ces églises condamnées par la reconversion en sites de mémoire utiles à tous, nouveaux phares économiques et culturels des quartiers.
Se développant autour de la revalorisation de l’environnement urbain et social, il contribue aux enjeux de dynamisation autant économique que culturelle. Le rôle de l’association FAR LAB est aussi de préserver et transmettre comme finalité du lieu, les valeurs originelles des projets : réappropriation citoyenne du patrimoine pour co-construire le lien entre patrimoine et citoyenneté, pari sur le passage du cultuel au cultuRel autant que celui du public au privé, pour une transmission au citoyen. Une première en France.