Jérôme et Freddy Décima, au siège de Saint-de-Laurent-Blangy.

Jérôme et Freddy Décima, au siège de Saint-de-Laurent-Blangy.

Spécial Arras – Saint-Laurent-Blangy : Décima, soixante ans d’innovation

Logée dans la zone industrielle Est à Saint-Laurent-Blangy, Décima fait figure d’incontournable dans le paysage arrageois. La relève de cette entreprise familiale dirigée par Freddy Decima se prépare déjà en la personne de Jérôme, son fils.
Voilà déjà soixante ans que Décima oeuvre dans l’Arrageois. Créée en 1956 par le père et les oncles de Freddy Décima, elle réalise aujourd’hui 26 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie 170 collaborateurs. Ce dernier représente la deuxième génération à la tête de l’entreprise familiale et indépendante. Du métier historique d’électricien au BTP en passant par l’industrie, les télécoms et l’informatique, la société a au fur et à mesure de son existence su compléter ses compétences et conquérir les marchés connexes. Car l’innovation est cœur de l’ADN de Décima. Ce de manière horizontale. “Nous sommes capables de répondre à des offres, du génie civil à l’informatique”, assure le dirigeant qui s’appuie sur une organisation de 14 entités autonomes. La dernière date de 2012 avec l’acquisition d’Aramys, une entreprise de services numériques de 45 personnes basée à Hénin-Beaumont. Présent dans tout l’Hexagone, il rayonne essentiellement au nord de Paris et dans le bassin parisien où il dispose d’une agence. Pour la SNCF, son premier client, il gère par exemple pas moins de 5 000 bâtiments. Le tout à distance grâce à une plateforme multi-technique. La maintenance, préventive et curative, des sites au Nord de Paris et de la gare de Lyon y est ainsi effectuée.

Poudrière numérique

Mais en défenseur de son territoire, il s‘est particulièrement illustré dans son projet de poudrière numérique. Vauban n’en croyait rien : la poudrière qu’il a imaginée à la Citadelle d’Arras a repris du service. Dans ce petit bâtiment de briques, de nouvelles munitions hautement technologiques : des serveurs ultra-sécurisés. Le tout refroidi par un système géothermique dernière génération. En véritable vitrine de la Troisième Révolution Industrielle, “le plus vieux data-center du monde” a même reçu la visite de Jérémy Rifkin, en avril dernier. Pour répondre à une demande croissante, Décima équipe par ailleurs son troisième data center dans “l’entrepôt numérique” jouxtant son siège.

Transmission

Soixante ans après sa création, la Pme peut aujourd’hui se targuer d’avoir souvent eu “une longueur d’avance” comme aime à le rappeler Freddy Décima. Important, “surtout lorsque l’on est de taille moyenne comme nous”. Développement des technologies vertes, des bâtiments intelligents, du facilities management et de l’usage du Li-Fi (transmission de données via la lumière) sont au centre de ses préoccupations pour rester à l’avant-garde. Le groupe veut en effet prendre l’ascendant sur le management énergétique. “Nous testons actuellement à la gare de Rouen une solution de smart grid capable de générer 50% d’économie d’énergie”. Un projet potentiellement duplicable dans toutes les gares de France. Des sujets que suit particulièrement Jérôme Décima, son fils, déjà en charge de l’opérationnel du groupe, amené un jour à prendre la relève.

La fiche

1956 : création
26 millions d’euros de CA
170 collaborateurs
7 divisions : Énergie, Infrastructure, Télécom-Informatique, Facilities, Immobilier, Ingénierie, Datacenter