Salon Nordbat 2014

Dans les coulisses du salon Nordbat : Paroles d’organisateurs

Entrepreneurs, permanents d’organisations professionnelles, architectes, ingénieurs, industriels… Tous les deux ans – et pour certains pour la dixième fois – ils participent à l’organisation du plus grand événement dédié au bâtiment au Nord de Paris, deuxième salon de province dans sa catégorie.
Ils organisent le programme des conférences, sélectionnent les innovations, donnent de leur temps pour fédérer la grande famille des acteurs de la construction.
Pour La Chronique, ils nous livrent leur vision de l’évolution du secteur et nous parlent des révolutions à venir. Témoignages.

Philippe Delequeuche Architecte chez Carré d’A  à Marcq-en-Baroeul.  Président de l’UNSFA 59/62
Philippe Delequeuche
Architecte chez Carré d’A
à Marcq-en-Baroeul.
Président de l’UNSFA 59/62

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

On constate une plus grande difficulté à exercer nos métiers en raison d’une avalanche de normes de plus en plus contraignantes, voire contradictoires. Il y a aussi une tendance baissière tant sur les coûts de construction que sur les prestations intellectuelles, ce qui se répercute forcément sur la qualité. Ces gains immédiats masquent une augmentation de la sinistralité et une réduction de la durée de vie des bâtiments, et ce pour un poids financier beaucoup plus lourd.

Quels sont les enjeux actuels ?

Tous les acteurs s’intéressent aujourd’hui au BIM. Il arrive dans les agences avec des outils de plus en plus spécialisés. En aval, il préfigure l’impression 3D. Il va permettre de réaliser des éléments que l’on n’imagine pas encore. Nous sommes à l’aube d’une révolution tant sur les matériaux que sur l’organisation des chantiers.

Pourquoi venir à Nordbat ? 

On a la chance d’avoir à proximité un mini-Batimat qui concentre plus de 300 exposants. C’est un lieu enrichissant où les professionnels peuvent choisir et préparer des rencontres, aller vers des industriels et découvrir de nouveaux produits.

 
Patrick Leblanc Délégué aux affaires techniques et développement durable de la FFB Nord-Pas-de-Calais
Patrick Leblanc
Délégué aux affaires techniques et développement durable de la FFB Nord-Pas-de-Calais
 

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

Nous constatons une évolution sur l’organisation dans les entreprises : il y a plus d’anticipation dans la réalisation des chantiers, une nette amélioration de la sécurité, une meilleure interface entre les différents métiers mais aussi une meilleure organisation dans la gestion des déchets en vue de leur valorisation et une montée en compétences des ouvriers. La construction bois s’est par ailleurs bien développée et l’on a vu apparaître de nouveaux outils et méthodes comme le système de maçonnerie à joint masse.

Quels sont les enjeux actuels ?

Le numérique sera ce qui va le plus impacter les entreprises avec la maquette numérique, le scan 3D, le BIM… Mais toutes n’auront pas les mêmes moyens d’y faire face compte tenu des coûts en matériel et en formation.

Pourquoi venir à Nordbat ?

C’est LE lieu de rencontre de tous les acteurs de l’acte de construire. En trois jours, on fait le plein d’information pour le développement de son entreprise, on trouve des solutions concrètes et on se met à jour sur les dernières innovations grâce aux experts présents aux conférences.

 
Marie Danel Responsable du GRET (Groupement Régional de l’Equipement Technique) à Marcq en Baroeul
Marie Danel
Responsable du GRET (Groupement Régional de l’Equipement Technique) à Marcq en Baroeul

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

Il y eu beaucoup de nouveautés dans les applications et les mises en œuvre des matériels de chauffage et de climatisation dans le neuf et la réhabilitation. Les matériels proposés et installés doivent être en adéquation avec RAGE, et aujourd’hui, conformes à la nouvelle réglementation « Ecoconception et étiquetage des produits ». Il faut aussi adapter les solutions aux constructions nouvelles « basse consommation » et « énergie positive » tout comme la domotisation impose l’adaptation des corps d’état techniques.

Quels sont les enjeux actuels ?
Toujours être et se tenir informé des évolutions techniques et adapter nos structures aux nouvelles évolutions dans l’acte de construire, à savoir le BIM.
Il faut aussi s’adapter en temps réel aux coûts des énergies : par exemple, la baisse du prix du pétrole qui peut durer dans le temps et qui rend donc moins attractif les énergies vertes.

Pourquoi venir à Nordbat ?
Se rendre au salon, c’est l’assurance d’établir des contacts de qualité avec l’ensemble de la filière du bâtiment (métier ET transversal). Venez avec vos cartes de visite ! Le GRET y organise le mercredi 23 mars à 14 heures, une conférence sur « Ecoconception et étiquetage des produits » qui s’applique aux équipements de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire (obligatoire depuis septembre 2015).
Inscription préalable : gret@59-62.org

 
Bruno Verwaerde Architecte d’intérieur à Lille  Membre actif du Conseil Français des Architectes d’Intérieur
Bruno Verwaerde
Architecte d’intérieur à Lille
Membre actif du Conseil Français des Architectes d’Intérieur

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

L’activité du bâtiment s’est inversée depuis 30 ans : la construction neuve ne représente plus que 45 % et les travaux d’amélioration et d’entretien 55 %. L’architecte d’intérieur, apporte un nouveau regard sur ce marché où l’on constate une réelle dynamique.

Quels sont les enjeux actuels ?

La réhabilitation d’un bâtiment répond à des exigences en matière de sécurité, d’accessibilité, d’environnement, ou de nouvelles technologies. L’architecte d’intérieur, propose en plus une pédagogie permettant de replacer l’être humain au centre du projet. Les nouvelles technologies, comme le BIM, ou les nouvelles productions d’objets grâce à la nouvelle science cognitive* des matériaux dont l’imprimante 3D est un exemple, sont désormais incontournables. Cette révolution permet à l’architecte d’intérieur d’apporter un regard différent en préservant l’humain face à la technologie.

Pourquoi venir à Nordbat ?

Les architectes d’intérieur font partie des intervenants dans la conception du cadre bâti. Si chacun sait ce qu’est un architecte ou un décorateur, on a plus de mal à situer l’architecte d’intérieur. Notre présence à Nordbat permettra de conforter notre place au sein de tous les acteurs de la construction.

*Science cognitive : processus par lesquels l’être vivant acquiert des informations sur son environnement.

 
Fabienne delabouglise Déléguée générale de Nord-Picardie Bois
Fabienne Delabouglise
Déléguée générale de Nord-Picardie Bois

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

D’une manière générale, le secteur bois construction s’est fortement structuré, les entreprises se sont équipées ou ont renforcé leurs équipements de production. L’outillage à commande numérique est une constante dans nos entreprises.

Quels sont les enjeux actuels ?

La performance énergétique des bâtiments et le renforcement de la réglementation thermique, aussi bien dans la construction neuve que dans la rénovation, sont les enjeux majeurs. Les méthodes constructives remises en cause, l’évolution des modes de passation de marché, tous ces points influent sur l’organisation des entreprises.

Pourquoi venir à Nordbat ?

Notamment pour rencontrer les acteurs de la filière, échanger avec des conseillers spécialisés, connaître les tendances du marché. Le salon permet également de s’informer sur des sujets d’actualité : atelier-conférence sur les constructions multi-étages en bois, résultats de l’enquête construction bois 2015, sortie de l’enquête INSEE sur la situation de la filière,…

 Stéphanie Parent
Membre du Conseil régional de l’ordre des architectes

 Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

Il y a une réelle baisse de la commande et des honoraires. C’est une constatation économique difficile puisque la rémunération des architectes a baissé de 30% en 10 ans. D’autre part, les réglementations pour l’accessibilité et les normes thermiques et écologiques ont transformé l’acte de conception.

Quels sont les enjeux actuels ?

Il nous faut reconquérir la commande publique et redévelopper les métiers du bâtiment. Le Bim en est un autre : c’est un point important sur lequel les architectes doivent se former pour conserver la maîtrise globale d’un projet et ne pas la laisser filer à d’autres professionnels.

Quel est l’intérêt de Nordbat ?

Le salon représente la possibilité de rencontrer tous les professionnels du bâtiment. C’est l’occasion de s’informer via les conférences, sur les nouveautés et de mettre en avant les créations régionales. 

 
augrain
Jacques Augrain Chargé de mission pour la Fédération Scop BTP Nord

 Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?

Diriger une entreprise du bâtiment est devenu difficile compte tenu des évolutions techniques, technologiques, administratives et réglementaires. Le secteur de la construction subit une vraie révolution en faisant passer les entreprises du stade de “simple poseur” à celui de vrai partenaire de la conception à la garantie de résultats en passant par la réalisation.


Quels sont les enjeux actuels ?

Il faut mettre l’accent sur l’innovation. C’est frappant avec le BIM. Si certaines entreprises ne s’y mettent pas, elles ne pourront, à terme, plus travailler. Nous devons avoir une capacité à imaginer, à accompagner voire à devancer les innovations pour faire en sorte que nos chefs d’entreprises et compagnons ne soient pas dépassés. Avant nous avions le temps pour nous, désormais les innovations vont au même rythme que celui de la communication. Il faut aussi savoir entraîner les collaborateurs, c’est une vrai révolution culturelle !

Pourquoi venir à Nordbat ?

Il y a une richesse à travers les conférences, les exposants, les ateliers et les expositions et notamment cette année avec Synthetic qui présente des productions en impression 3D. Un conseil : préparez votre visite pour ne rien rater et profitez de ce moment de convivialité pour sortir de la morosité !

 
Max Laffargue Économiste de la construction, Vice-Président de l’UNTEC Nord-Pas-de-Calais
Max Laffargue
Économiste de la construction, Vice-Président de l’UNTEC Nord-Pas-de-Calais
 

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?
Depuis le première édition du salon Nordbat, notre métier a totalement évolué ! Nous sommes pleinement entrés dans l’ère de la maquette numérique depuis une dizaine d’année. Nous bénéficions toujours de la valeur ajoutée de notre côté généraliste et devons être toujours plus précis dans le chiffrage dès le début du projet. C’est d’autant plus important avec la crise et les budgets resserrés des maîtres d’ouvrage.

Quels sont les enjeux actuels ?
Via l’implication de Pierre Mit, ancien président de l’Untec dans le groupe de travail de la nomenclature BIM, nous avons été baignés dans cette révolution. Nous attendons désormais que l’ensemble des partenaires de la maîtrise d’œuvre et les maîtres d’ouvrage se forment et s’équipent. Le tout dans un but final : entretenir et maintenir en état les bâtiments pour une durabilité sans failles.

Pourquoi venir à Nordbat ?
Le salon est l’occasion de découvrir les dernières innovations des exposants, d’assister à des conférences et à des forums de haute qualité, de faire le point sur le BIM, de profiter d’un moment de convivialité et enfin de fêter ce dixième anniversaire !

 
JEAN-MARC DUFOUR  Délégué aux régions de l’AICVF et consultant pour ACCTI (Agence commerciale pour le tertiaire et l’industrie) à Marcq-en-Baroeul
Jean-Marc Dufour
Délégué aux régions de l’AICVF et consultant pour ACCTI (Agence commerciale pour le tertiaire et l’industrie) à Marcq-en-Baroeul

Comment a évolué votre secteur ces dernières années ?
Il y a eu énormément d’évolutions, d’abord par la réglementation thermique 2001 qui a apportée beaucoup de modification à la profession en nous demandant d’être plus précis dans les calculs de déperdition et de mettre en œuvre des produits de technologie plus performante. Cela a ensuite été complété et amélioré par la RT 2005 puis 2012 ce qui a poussé le secteur du génie climatique à se lier avec le bâti. Aujourd’hui, le génie climatique intervient aussi dans l’isolation et dispose d’un rôle important à mener.

Quels sont les enjeux actuels ?
La réglementation va encore évoluer. Nous préparons la prochaine qui devrait sortir en 2018 ou 2020. Elle augmentera encore les isolations pour éviter la déperdition. Mais la grande révolution du moment, c’est le BIM avec des questions attenantes : comment les entreprises vont-elles s’adapter ? N’y a-t-il pas un risque de voir partir la sous-traitance à l’étranger ? Je pense que les petites et moyennes entreprises seront amenées à s’appuyer sur des bureaux de dessins assistés par ordinateur spécialisés dans le BIM.

Quel est l’intérêt de Nordbat ?
C’est le Batimat régional ! Véritable salon de proximité, il a l’avantage de réunir tous les corps d’Etat, ce qui est d’autant plus important car dans la RT actuelle nous sommes appelés à agir autant sur le bâti que dans la conception technique. C’est un lieu de rencontres et de discussions où les visiteurs peuvent aussi s’exprimer.