extérieur

Réalisation : Faire un tube de 30 mètres avec 101 carrés de bois…

Denis Delequeuche est du genre discret. Il faut que son frère architecte prévienne la Chronique d’une réalisation exemplaire dans son atelier de Wasquehal pour qu’il nous ouvre la porte de son entreprise. Et la découverte est de taille. Une structure originale et impressionnante pour un parc à Croix dans la métropole lilloise. Petite visite…

Une drôle de structure vient d’être installée à une centaine de mètres de la Villa Cavrois, dans un parc en cours de création par la ville de Croix sur les anciens terrains de foot du parc Beaumont. Ce tunnel de bois, une sculpture tridimensionnelle conçue par Urbafolia, maître d’oeuvre de l’ensemble du parc, a une double fonction : il marque un cheminement dans ce nouveau jardin et constitue un signal architectural, comme une réponse subtile à l’œuvre de Mallet Stevens dont le parc porte le nom.
Fabriqué et installé par Bois et Loisirs, une entreprise installée à Wasquehal et co-traitante ici de l’entreprise mandataire Norenvert, ce tunnel, d’apparence simple, est un vrai casse-tête structurel. Baptisé « drôle de carré », ce tube est en réalité composé de carrés « que l’on a fait tourner de 5° sur un axe central, point de rencontre des diagonales ». Et quand on dispose 101 carrés, espacés de moins de 20 centimètres sur une distance totale de 30 mètres, l’effet est saisissant !

Pas deux éléments identiques

Ancrés à une structure métallique, également fabriquée chez Bois et Loisirs, les éléments sont très simplement composés de deux poteaux et une poutre… « mais tous de tailles différentes », nous explique Denis Delequeuche le patron de Bois et Loisirs qui a dû, avec ses équipes, calculer les angles de chaque section. Les carrés étant coupés au sol, ils ne présentaient que deux angles droits sur quatre. A la jonction avec la structure métallique, les éléments en Okan, un bois africain non traité, éco-certifié, et extrêmement dense, sont creusés pour accueillir la pièce de métal. A l’intérieur du tunnel, tout est rondeur. Au sol, le cheminement forme des arcs de cercle et l’on est invité à pénétrer un véritable tunnel, effet d’optique oblige. A l’extérieur, l’angle est passé maître, ils ressortent nettement dans le paysage.

Parc de 2,5 hectares

Ce tunnel n’a pas qu’une vocation sculpturale. « C’est la porte d’entrée vers un des cinq jardins thématiques », nous raconte Alain Duthoit, associé chez Urbafolia. Les jardins ont une vertu pédagogique : mare, jardin potager, de culture, aire de jeux, ruches… Et sont accompagnés d’un ouvrage exploratoire comme notre drôle de carré. On pourra ainsi admirer un tunnel métallique de fleurs, une palissade en bois, une seconde avec volets interactifs pour les enfants, et un tunnel en osier vivant. De quoi animer le chemin jusqu’à l’amphithéâtre enherbé et le prés engazonné dédié aux jeux des enfants du centre de loisirs en bordure du parc. Un projet à moins d’un million d’euros financé par la ville de Croix.

Du sur-mesure en bois et métal  pour les aires de loisirs  L’entreprise Bois et Loisirs a été créé par Denis Delequeuche un autodidacte du bois formé à l’horticulture à Genech. Artisan en 1983 après une première expérience en entreprise d’espace vert, il se positionne tout de suite sur les structures bois pour espaces verts. Les rondins bruts empilés, ce n’est pas pour lui. Il préfère les éléments complexes et mixtes. Il se lance d’ailleurs dans les années 2000 dans le métal, poussé par le marché qui demande des éléments de plus en plus hybrides. L’entreprise emploie maintenant une quinzaine de salariés et développe autant les structure bois que métallique dans son atelier de 2000 m2 à Wasquehal. Une dimension qui permet de faire du lourd, comme l’estacade de Saint-Valéry-sur-Somme (2000) ou la superstructure de la jetée ouest de Calais (2010). Dernière réalisation en date, ce petit kiosque de 6 mètres de diamètre dans le nouveau parc Barbieux à Roubaix, conçu par Osmose.
Du sur-mesure en bois et métal pour les aires de loisirs
L’entreprise Bois et Loisirs a été créé par Denis Delequeuche un autodidacte du bois formé à l’horticulture à Genech. Artisan en 1983 après une première expérience en entreprise d’espace vert, il se positionne tout de suite sur les structures bois pour espaces verts. Les rondins bruts empilés, ce n’est pas pour lui. Il préfère les éléments complexes et mixtes. Il se lance d’ailleurs dans les années 2000 dans le métal, poussé par le marché qui demande des éléments de plus en plus hybrides. L’entreprise emploie maintenant une quinzaine de salariés et développe autant les structure bois que métallique dans son atelier de 2000 m² à Wasquehal. Une dimension qui permet de faire du lourd, comme l’estacade de Saint-Valéry-sur-Somme (2000) ou la superstructure de la jetée ouest de Calais (2010). Dernière réalisation en date, ce petit kiosque de 6 mètres de diamètre dans le nouveau parc Barbieux à Roubaix, conçu par Osmose.

 

L’intérieur de la structure encore à l’atelier. Posée sur son socle métallique avant d’être déplacée sur site.
L’intérieur de la structure encore à l’atelier. Posée sur son socle métallique avant d’être déplacée sur site.