logements abandonnes (3)

Plan 100 000 logements : Nouvelle étape, sans la Caisse des dépôts

Nouvelle étape dans le feuilleton du plan 100 000 logements, ce programme régional porté par le vice-président Emmanuel Cau, visant à la massification des rénovations énergétiques.
Rappelons que le Conseil régional travaille depuis plusieurs années à la construction d’une offre intégrée de rénovation énergétique. Une offre complète, depuis l’audit du logement jusqu’au financement en passant par le suivi des travaux.
Pour ce faire, le Conseil régional veut créer une SEM, une société d’économie mixte, rassemblant donc des partenaires publics et privés, qui pourrait porter toute l’offre pour les particuliers. Lors de la dernière session du Conseil régional, une délibération pour la création de la SEM a été adoptée, sans la présence de la Caisse des dépôts au capital. Cette dernière « souhaitait poursuivre la phase d’étude, explique Emmanuel Cau lors du Conseil, nous avons choisi d’avancer et de faire sans elle ». Pour y arriver, il lui fallait néanmoins trouver un fonds à la hauteur. C’est le cas avec «l’Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique »,  fonds de pension public institué au bénéfice des fonctionnaire de l’Etat, territoriaux et hospitaliers (ainsi que des magistrats), qui s’est engagé sur une enveloppe d’un million d’euros via le gestionnaire Amundi. Un engagement confirmé auprès de la rédaction de la Chronique.

Mobilisation des partenaires

Reste à achever la mobilisation des partenaires pour créer effectivement la SEM et revenir en juillet devant l’assemblée régionale. Son actionnariat est composé de collectivités, d’acteurs privés et de professionnels. Dans les collectivités, on notera l’adoption cette semaine de la délibération de la Métropole européenne de Lille qui acte sa participation à hauteur de 700 000 euros. Chez les professionnels, l’accord des architectes est acquis mais celui de la Fédération française du bâtiment (FFB) Nord-Pas-de-Calais reste soumis à conditions.
Les professionnels ne veulent pas d’un outil trop contraignant pour les particuliers, notamment pour le choix des entreprises. Ils sont également opposés à tout référentiel de prix. Enfin, ils s’inquiètent du poids de la structure qui pourrait grever le budget même de la rénovation. Rendez-vous donc début juillet au Conseil régional pour acter la création de la SEM, et au deuxième semestre pour suivre son installation.