nordbat_2016_table_ronde_hd-156

NORDBAT – Numérique : trois jours pour se tenir prêt

Nordbat est aussi l’occasion, par les nombreuses conférences organisées, de sentir les nouveaux marchés et comprendre l’évolution de son métier. La Chronique vous propose un tour d’horizon des meilleurs moments.

Le BIM pour tous?

Conférence animée par Julie Dumez (La Chronique) avec Fabien Prouvost, architecte pour le cabinet Envergure, Patrice Beaufort, chargé de mission au pôle technique et professionnel à la Capeb et membre du comité de pilotage du plan de transition numérique dans le bâtiment et Frédéric Laroche, animateur du cluster Ekwation à Loos-en-Gohelle.

S’il est bien une thématique qui a largement animée les débats lors de ces trois jours de salon, c’est bien celle du Bim. Le Building Information Modeling se développe peu à peu et certains maîtres d’ouvrage l’intègrent désormais dans leurs appels d’offres. Tous les projets, qu’ils soient modestes ou d’ampleurs, peuvent comprendre, tout ou en partie, le Bim. Comme le tient à rappeler Fréderic Laroche, “le Bim représente surtout une nouvelle manière de travailler, ce n’est pas UN outil mais un ensemble” qui permet aux différents acteurs de la chaîne de la construction d’interagir entre eux, à toutes les étapes de la vie d’un projet, de la conception à la maintenance. En France, le plan de transition numérique dans le bâtiment lancé en 2014 par Sylvia Pinel s’est saisi du sujet pour accélérer son appropriation par tous, petites et grandes entreprises. Pour Patrice Beaufort, il faut «démystifier» le Bim et ne pas en avoir peur. Pour mieux comprendre cette révolution, le groupe de travail national dirigé par Bertrand Delcambre a lancé des expérimentations. Il a notamment mis en place un atelier virtuel en Bim sur une réhabilitation de logement social en R+3. Pour Fabien Prouvost, la 3D s’est rapidement révélée comme une évidence. Pour faciliter la compréhension des ouvriers tahitiens avec lesquels il travaillait, il a modélisé en 3D ses chantiers à l’image d’un mode d’emploi Ikea. De fait, ce langage universel a facilité le déroulement de ses chantiers. En précurseur, il utilise désormais au quotidien ces outils et s’est créé sa propre bibliothèque de composants. Un parti pris qui lui offre «gain de temps grâce à des projets mieux étudiés”. De quoi lui offrir une réelle “valeur ajoutée». Même s’il est encore difficile pour lui d’interagir avec d’autres acteurs, il loue cette démarche qui favorise le coût global intégré. Pour que chacun s’en saisisse, il préconise, comme nos autres intervenants, une montée en puissance progressive après avoir établi un plan d’action, véritablement porté par le chef d’entreprise. En région, le cluster Ekwation réalise cette veille technologique pour les entrepreneurs. Demi-journée de rencontres, mise en commun d’outils, il accompagne ce virage numérique dont il est temps de se saisir selon nos interlocuteurs. D’abord en définissant les besoins de son entreprise. Avec un mot d’ordre : ne restez pas seuls. Rencontrez, échangez, veillez, le travail collaboratif commence par là ! 

Julie Dumez

nordbat_2016_table_ronde_hd-185
Fabien Prouvost, architecte, Patrice Beaufort, Capeb, Frédéric Laroche, Ekwation et Julie Dumez, La Chronique

 

Révolution numérique dans le bâtiment :  le futur c’est maintenant!

Conférence animée par Patrick Leblanc (FFB) avec Sébastien Lermenier, société Altek, Chris Delpierre, société TRI-D et Serge Brackman, ArtCom Productions.

Patrick Leblanc de la FFB a ouvert les échanges de la table ronde consacrée au sujet en apportant le témoignage de deux PME (50 et 70 salariés). Des chantiers bien au delà de leurs bases avec « la sécurité dans la réalisation, la préparation et les détails techniques » apportée par le recours au BIM. Avec les nouveaux outils numériques, l’entreprise ne se déplace plus pour les relevés confiés à un prestataire : avec le scan 3D du bâtiment, l’entreprise exploite le nuage de points adressé pour la réalisation des plans autocad puis des plans d’exécution. De quoi générer gain de temps et précision des relevés, sans se déplacer. Pour les gestionnaires, la numérisation du patrimoine existant en vue de sa rénovation trouve aussi son débouché par le numérique. Sébastien Lermenier (Altek) se consacre à l’imagerie technique de bâtiments et assure ces missions (scan 3D, drones, inspection techniques, caméra thermique). Si aujourd’hui les experts et la maîtrise d’ouvrage s’intéressent aux services apportés par ses outils numériques, l’entreprise peut également en tirer parti pour des applications propres à son activité : utilité en cours de chantier, vérification de côtes, contrôle de planéité à réception dans l’idée de limiter les litiges, « ces matériels existent pour limiter les malfaçons » .
Chris Delepierre (Tri-D) parle de « 3e révolution des idées » portée par la démocratisation de l’impression 3D. Avec la fabrication additive, « on passe du bit à l’atome » qu’il compare à ce que fut le passage du CD au MP3. Il est ici question de collaboration entre les différents acteurs, d’open source, avec un changement de paradigme : « concevoir et produire les objets ou le bâtiment. En véritable économie créative, l’imagination sera la seule limite ». La révolution des makers, les fab lab, renforcent le pouvoir de création. L’ouverture prochaine à Lille d’un “TechShop” permettra sur abonnement d’accéder à ces outils de fabrication numériques. Un plus indéniable pour les entreprises qui pourront envisager la reproduction de pièces sur mesure ou de pièces qui n’existent plus.
Serge Brackman (ArtCom Productions) pointe l’avancée majeure apportée par la maquette virtuelle interactive. Ou comment le détournement des moteurs de jeux vidéos permet une exploitation dynamique de la maquette numérique. On se balade à pied dans les maquettes. On peut changer les matériaux et l’outil constitue une aide à la décision (conception) ou à la vente (marketing).
En exploitation, la maquette virtuelle interactive trouve également tout son sens. Tablette ou smartphone en main, cliquer sur le mur pour obtenir les différentes couches du BIM exploitation, appeler les fiches techniques au niveau de la plate-forme BIM ou récuperer la fiche produit d’un équipement ou faire apparaître un réseau derrière le mur. Tout cela devient possible
Centre de formation
Pour accompagner ce développement et faire entrer le monde de BTP de plain-pied dans cette évolution numérique, la FFB a validé la création à Marcq-en-Baroeul, d’un centre de formation à la maquette numérique et au BIM. « Il s’agit d’accompagner ainsi le développement du numérique pour le rendre accessible à toutes les entreprises » conclut Patrick Leblanc.
Christophe Tilmant

nordbat_2016_table_ronde_hd-94

 

Villes de demain – Nouveaux défis, par l’architecte Manuelle Gautrand

Conférence animée par Béatrice Auxent, Présidente du CROA Nord-Pas de Calais, co-organisée par le CROA et l’UA 59/62

A travers la présentation de divers projets, parfois réalisés dans le cadre de Réinventer Paris, l’architecte a présenté sa vision de la ville de demain. Selon elle, l’une des problématiques sera la densification à la verticale en s’appropriant le ciel. Avec un constat : “les espaces publics se situent en bas laissant les hauteurs aux lieux privés”. Demain, les espaces publics devront eux aussi s’approprier les étages supérieurs et offrir aux habitants de nouvelles vues sur leur ville. Dans cette ville du futur qui doit être “accueillante et fertile”, la végétation devra plus s’insérer. Une ambition traduite dans son projet Edison, lauréat du concours Réinventer Paris. Sur une parcelle de 400 m2, l’architecte a imaginé un bâtiment mêlant une structure ancienne en brique et son extension contemporaine. Des balcons en béton végétal, une expérimentation menée de concert avec Lafarge, verdissent l’ensemble coincé entre des barres du 13è arrondissement de Paris. Cette rencontre sur Nordbat fut aussi l’occasion de découvrir ses autres chantiers emblématiques tels que celui de la Gaité Lyrique et la reconversion de ce théâtre en lieu dédié aux cultures numériques et musiques actuelles, la Caserne Casteja à Bordeaux, la tour Ava à Paris ou encore la reconstruction du cinéma Gaumont­Pathé à Paris.

L’architecte Manuelle Gautrand
L’architecte Manuelle Gautrand

La mutation des compétences et des métiers du bâtiment, un enjeu majeur

Conférence animée par Nicolas Guillon (Le Moniteur) avec Sébastien Huyghe, Vice Président du Conseil Régional en charge de l’apprentissage, Claire Bachelet, Directrice du BTP CFA Lille Métropole, José Pereira, Président Capeb Nord-Pas de Calais et Jean-François Gorre, responsable emploi formation à la FFB Nord-Pas de Calais.

L’apprentissage fut un thème de campagne majeur pour Xavier Bertrand. Son objectif : passer de 33 000 à 50 000 apprentis. La nouvelle région parie donc sur cette voie d’excellence qui permet à 80 % des apprentis de sortir avec un métier et surtout un emploi à la clé. «Pour cela il faut agir auprès des jeunes et de leurs parents pour redorer l’image de l’apprentissage» explique Sébastien Huyghe. «On peut entrer avec un CAP et sortir avec un diplôme d’ingénieur». Mais il faut encore convaincre les entreprises que prendre un jeune, malgré un coût de formation élevé, c’est aussi bénéficier de toute une nouvelle technique et de savoir apportés par l’apprenti. Toute l’entreprise peut en bénéficier. Pour cela, la Région projette d’augmenter la prime d’apprentissage pour inciter les entreprises. Une plateforme multiservices d’accompagnement administratif doit être aussi mise en place d’ici quelques mois. Claire Bachelet assure que la formation s’adapte et propose ce que les entreprises recherchent grâce au suivi et au retour des apprentis sur le terrain. C’est par exemple le cas avec l’enseignement du BIM. D’ici 5 ans, le secteur devrait connaitre une pénurie d’ouvrier qualifié. Il est temps d’agir et élargir le champ. Le jeune comme l’artisan ou le chef d’entreprise doit se former aux nouvelles technologie, au risque de voir de grands groupes sauter sur tous les nouveaux marchés. Bien que dans la région les entreprises reste frileuses face à l’apprentissage et à la formation continue, la mise à jour des compétences demeurent un enjeu primordial pour ne pas perdre en savoir-faire et en compétitivité.

Mathilde Colin

Jean-Francois Gorre, José Pereira, Sébastien Huyghe et Claire Bachelet
Jean-Francois Gorre, José Pereira, Sébastien Huyghe et Claire Bachelet