Lillenium@Rudy-Ricciotti---Architecte

LIlle : Lillénium dans les starting-blocks

Le grand projet commercial de 140 millions d’euros conçu par Rudy Ricciotti et porté par Vicity est prêt à démarrer. On attend la désignation de l’entreprise.

Les travaux de construction du projet commercial ambitieux de Lille Sud, au droit du périphérique lillois démarrent. « Personne n’y croyait ! Nous avons travaillé dur pendant des années, mais nous y sommes, les travaux devraient commencer en septembre », raconte Gregory Dymerski, directeur général de Vicity, le promoteur de Lillenium.
Très critiqué politiquement (surtout par les Verts), objet de divers recours, l’ambitieux projet commercial à la frontière de Moulins et Lille Sud prend enfin corps. Le complexe doit accueillir un hyper Leclerc de 5000 m2, un hôtel 3 étoiles de 114 chambres, 27 000 m2 de surfaces de vente et un pôle de bureaux de 4800 m2. Initiée par l’indépendant lillois Vicity – une PME de quinze personne, l’opération de 140 millions d’euros est conduite en partenariat avec Nacarat (filiale de Rabot-Dutilleul). Le financement, 100% privé, est porté par le Crédit Agricole. Les fouilles archéologiques n’ayant pas révélé de surprise, le process va pouvoir s’accélérer. Les appels d’offres sont en cours, mais c’est un marché privé et le maître d’ouvrage est libre de son choix. Vicity étant associé à Nacarat, le promoteur du groupe Rabot Dutilleul, on imagine la filiale construction bien placée pour emporter la mise. Mais Vicity n’exclut pas d’ouvrir le marché si elle juge l’offre du groupe de construction insuffisamment compétitive.
Deux ans et demi de travaux qui devraient mobiliser environ 400 emplois sur un chantier colossal. A terme, pas moins de 6 millions de clients sont attendus par an dans ce centre commercial positionné haut de gamme. Le site vise la certification BREEAM (niveau ‘Very Good’), l’équivalent britannique, encore plus ambitieux du label HQE.
On imagine le défi constructif pour le gros oeuvre. Avec bien sûr la maîtrise d’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti qui aime malmener (pour le sublimer) le béton. Et bien sûr la proximité de l’autoroute qui obligera, pour le parking de 900 places, à creuser profondément. Autre défi, une toiture en verre doit assurer 70% de lumière naturelle au centre commercial.