L’extension a été confiée à Pascal Hory. de l’agence lilloise d’architecture Parallèle.

L’extension a été confiée à Pascal Hory. de l’agence lilloise d’architecture Parallèle.

Comines : EHPAD spécialisé pour Alzheimer

S’agrandissant et se modernisant, l’hôpital de Comines ne perd pas la mémoire.

Vous devez vous connecter pour accèder à ce contenu L’accès à cet article est réservé aux abonnés, veuillez vous connecter en cliquant sur le lien suivant
La maîtrise d’ouvrage est assuré par l’EPHAD de Comines ; Eric Kzrykala, directeur des hôpitaux d’Armentières et de Comines, et Jean-Pierre Lallemand, responsable technique.
La maîtrise d’ouvrage est assuré par l’EPHAD de Comines ; Eric Kzrykala, directeur des hôpitaux d’Armentières et de Comines, et Jean-Pierre Lallemand, responsable technique.

Fondé au XIIè siècle, et géré par les sœurs augustines, l’hôpital de Comines, devenu civil, n’a rien perdu de sa vocation au fil des siècles. Dépendant aujourd’hui de l’EPSM, établissement public de santé mentale, d’Armentières, il est maintenant un EHPAD, établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes, spécialisé dans la maladie d’Alzheimer et les maladies neurodégénératives. Ont été fermés et supprimés les services de médecine générale et la maternité pour réorienter l’établissement vers l’accueil des personnes âgées, et plus spécialement de ceux souffrant de pathologies nécessitant une prise en charge particulière.
Cela a une incidence directe sur l’aménagement des locaux, les personnes désorientées, par exemple, ne trouvant pas leur chemin dans des couloirs en cul-de-sac. Il faut donc que les chambres d’un tel établissement soient disposées en rotonde autour d’un îlot central. Ainsi, a-t-il été décidé de démolir toute une partie de l’ancien hôpital, la maternité et la Goutte de lait, pour construire une aile de 60 lits, spécialement adaptée.
L’opération a également pour but de porter la capacité de l’hôpital à 220 lits. Elle a été confiée, après concours, à Pascal Hory de l’agence lilloise d’architecture Parallèle qui a conçu quatre petites unités de vie de douze lits chacune, par groupe de deux niveaux, R+1.

Le chantier mené en corps d’état séparés sera achevé en juin 2017.
Le chantier mené en corps d’état séparés sera achevé en juin 2017.

Univers sécurisant

L’ensemble est articulé de façon à éviter toute promiscuité, en réponse au cahier des charges du ministère de la santé. La volonté est de reconstituer un univers sécurisant qui procure une grande qualité de vie aux résidents. Tout est éclairé par la lumière naturelle, afin de bien montrer l’alternance de la nuit et du jour à des personnes ne sachant plus se situer dans le temps. Tout a été conçu également pour faciliter les déambulations à des personnes qui ont aussi perdu leurs repères spatiaux et qui se perdraient dans des couloirs fermés aux extrémités.
L’ensemble est donc organisé autour d’un patio qui permet d’apporter l’éclairage naturel mais aussi de tourner autour d’un noyau et de revenir à son point de départ sans s’égarer dans un diverticule. Toutes les chambres, de 22 m², seront individuelles et identiques.

La fiche
Le budget de l’opération est de 11,7 M€ TTC financé pour 2,7 M€ en fonds propres, 3.3 M€ par subvention de l’ARS, et
5 M€ par emprunt auprès
de la caisse des dépôts garanti par le département.
Un retard dans
le financement du à la crise des subprimes a finalement fait baisser l’addition par
un taux plus avantageux.

Refonte complète

Les façades seront de brique rouge animées de baies mais aussi d’inox et de verre. Les toitures seront des terrasses végétalisées. Un restaurant complète l’équipement. Il a fallu s’adapter à la forme du terrain coincé entre les bâtiments existants et le carrefour. Le bâtiment aura une emprise au sol de 1 800 m² pour un développement de 4 000 m² de planchers.
A cette opération de reconstruction, s’ajoute une rénovation dans deux services désaffectés qui seront transformés pour abriter une unité de soins spécialisée, accueillant en journée des résidents qui ont des troubles partiellement perturbateurs. Y sera créé un espace snoezelen qui permet d’apaiser les personnes en crise en stimulant en douceur certains sens.

Accueil de jour

A terme, il n’y aura plus que des chambres simples. Sera aussi créé un accueil de jour de neuf places et un self pour le personnel. La rénovation porte sur toute la remise aux normes et la sécurité incendie.
Sera aussi refait l’espace animation et culture avec sa scène, sa tribune, son théâtre où l’on peut projeter des films pour le transformer en cinéma.
Le plan stratégique a été élaboré par Eric Kzrykala et les études préalables menées avec le docteur Fabienne Dillie, praticien hospitalier, et le docteur Marie-Laure Venant, médecin coordonateur. 

Salle de bain préfabriquées

Pour les salles de bain, le maître d’ouvrage a innové en découvrant dans une revue technique de BTP, un fabriquant nantais qui préfabrique et propose un large choix. Les salles de bains, toutes identiques, arriveront entièrement équipées, carrelées, câblées. Munies de roulettes, en ossature de placoplâtre, elles seront levées et introduites par les façades, puis glissées sur les dalles. Il suffira ensuite de refermer la façade et de raccorder les fluides et les évacuations. « Gain de temps et économies mais également meilleure finition » ont guidé le choix d’Eric Kzrykala, le directeur de l’hôpital. La première étape est donc de réaliser toutes les dalles avant d’entreprendre les façades. 

 

Jean-Yves Méreau

/restrict]