DSC03118

Top départ pour l’Observatoire national de la route

Un million de kilomètres de voiries. La France dispose de l’un des réseaux routiers français les plus riches. Il assure 88% des déplacements de personnes, autant pour les transports de marchandises, ce qui le place au coeur de l’attractivité et de la compétitivité du pays. C’est pour préserver cette ressource que les gestionnaires routiers, l’Etat, les collectivités et la profession routière* lancent l’Observatoire national de la route. En ligne de mire : « le partage des connaissances pour évaluer l’efficacité des politiques techniques qui répondent à une gestion économe des réseaux routiers et objectiver son état afin d’éclairer les décideurs pour mieux optimiser l’efficacité des missions dont ils ont la responsabilité ». L’Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité (IDRRIM) qui représente l’ensemble des acteurs de la route aura en charge l’animation des travaux de l’Observatoire.
Big data routier
En parallèle, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat en charge des Transports, annonce l’ouverture des données sur le réseau routier national. Cela passera par la mise en place d’un portail unique et numérique pour informer les décideurs et les citoyens sur l’état du patrimoine, l’activité du réseau et l’utilisation des deniers publics. Deux dates clés sont à retenir. Au 1er septembre 2016, la plupart des données (consistance du réseau, état du patrimoine, activité des gestionnaires et dépenses d’entretien) seront publiées. Elles seront complétées à partir du 1er septembre 2017 par les vitesses maximales autorisées et le trafic en temps réel (accidents, travaux, fermetures de voies, volume de trafic, vitesse, longueurs de bouchons). Une mine d’or, gratuite et réutilisable, sur laquelle le secteur numérique pourra s’appuyer pour la création de services innovants. 

* IDRRIM, l’Etat, l’ADF, l’AdCF, l’USIRF, le STRRES, le CEREMA, l’IFSTTAR