La maîtrise d’ouvrage du Biotope (Architectes Henning Larsen et Keurk) est assurée par Linkcity, l’ingénierie et la construction par Bouygues Bâtiment Nord-Est.© Keurk

La maîtrise d’ouvrage du Biotope (Architectes Henning Larsen et Keurk) est assurée par Linkcity, l’ingénierie et la construction par Bouygues Bâtiment Nord-Est.© Keurk

Siège de la MEL : Damien Castelain convoite le Biotope

Damien Castelain, président de la MEL, a dévoilé son intention de regrouper l’ensemble des services dans le bâtiment Biotope. Initialement conçu pour accueillir l’Agence Européenne du Médicament, il sera proposé comme future base communautaire lors du prochain conseil du 23 février. Exit donc le projet du “Metropolitan Square”, sur le siège actuel de la MEL. L’idée lancée au Mipim l’année dernière, consistait à déconstruire puis reconstruire les bâtiments de la rue du ballon à Lille. Pour relocaliser les agents de la MEL, aujourd’hui éparpillés en plusieurs sites, parfois étroits et vieillissants, le Biotope a donc les faveurs du Président. “La qualité du bâtiment, sa localisation et la date de livraison à court terme sont évidemment des éléments centraux de cette prise de décision. Elle offre un meilleur confort pour tous, génère une vraie simplification logistique et engendre des économies financières”, explique-t-il. Il s’éxonère au passage d’un chantier en site occupé complexe à mener. Situé entre le siège de la Région et le Grand Palais à Lille, ce bâtiment de près de 30 000 m2 sur 7 étages se veut ambitieux avec des labellisations Breeam, E+C-, Biodiversity et Wiredscore. De plus, sa livraison attendue en 2019 s’inscrit particulièrement dans la dynamique de la “Capitale mondiale du design 2020”. Les modalités financières de l’opération ne sont pas encore connues.

Flopée d’annonces

Le cinquantenaire de l’institution célébré la semaine dernière était aussi l’occasion de distiller quelques annonces. Damien Castelain souhaite notamment réaliser un technocentre à Wambrechies et lance une réflexion pour la construction d’une nouvelle patinoire. Côté transports, il a réaffirmé l’ouverture du tramway entre Lille et l’aéroport de Lesquin en 2023 tout comme son ambition de police métropolitaine des transports. Pour les 50 prochaines années, il mise surtout sur le rayonnement avec la création d’une agence d’attractivité touristique et événementielle, le lancement d’une marque territoriale pérenne, la volonté de créer un Institut Européen de la Métropole et une école européenne. Après Bruxelles, une délégation permanente doit par ailleurs s’établir à Londres. Egalement dans la besace du 5ème président métropolitain, la volonté de créer un pôle de compétitivité mondialement reconnu sur la cybersécurité, un autre sur le diabète et une future adoption d’une politique jeunesse.