CCI

Patrimoine : Les nouveaux sites classés dans le Nord-Pas-de-Calais

Chaque année, la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) avec l’accord de la préfecture dresse une liste des nouveaux bâtiments inscrits au titre des monuments historiques. Pas de révolution pour ces ouvrages, ni de torrent de financements. C’est plutôt des contraintes supplémentaires de protection qui s’additionnent. Mais c’est aussi une valeur patrimoniale qui augmente et une potentielle recette touristique.
Dans le nord, la CRPS répare une erreur historique en inscrivant le siège de la CCI à Lille, le Palais de la Bourse, en cours de transformation. La commission va plus loin faisant le vœux d’un classement à la commission nationale des monuments historiques. On ne doute pas que l’œuvre du plus célèbre architecte nordiste, Louis-Marie Cordonnier, appelle une protection à la hauteur du symbole métropolitain. Autre monument inscrit cet été, l’église Notre-Dame-de-Fives, de l’architecte lillois Charles Leroy, qui vient d’être restaurée sous la direction d’Etienne Poncelet. Alors que le restaurant vient de fermer ses portes, le bâtiment de style Art-Déco abritant « L’huîtrière », rue des Chats-Bossus à Lille est aussi inscrit. Tout comme une maison roubaisienne, 42 avenue Anatole France, réalisée en 1938 par Pierre Neveux.

L’église du Millénium à Lens

Le Pas-de-Calais n’est pas en reste avec quatre bâtiments inscrits. A Saint-Martin-Boulogne, l’église Sainte-Ide du hameau d’Ostrohove (1936) est l’oeuvre de l’architecte boulonnais Pierre Drobecq. Cet ouvrage modeste est une création « moderne » dans le sens où l’usage du béton armé a permis la création de formes inédites, sous l’apparence régionaliste donnée par l’utilisation de la pierre de Baincthun et de la tuile plate. La CRPS a proposé cette église au classement national. A Hocquinghen, l’église Saint-Omer et son ancien presbytère (XVIè siècle) sont inscrits. Beaucoup plus récent, l’église du Millénium à Lens, financeé par la diaspora polonaise dans les années 1960 est le symbole de sa forte présence en France. Enfin, le Moulin à vent à Moringhem (1799), dit d’Achille, rejoint cette liste patrimoniale prestigieuse.