Contractor working on window in new home

Contractor working on window in new home

Face à la fronde, Macron fait des concessions

Lors de sa venue aux “24 heures du bâtiment” organisées par la Fédération Française du Bâtiment la semaine dernière au Palais des Congrès à Paris, le Président de la République a lâché du lest sur les réformes envisagées. Emmanuel Macron a en effet finalement reculé sur le prêt à taux zéro (PTZ) qui devait être supprimé dès le 1er janvier dans les zones où le marché est le moins en tension (B2 et C). Il y sera visiblement maintenu dans un format réduit. Le chef de l’Etat entend “ouvrir très rapidement une concertation” avec les professionnels du bâtiment pour valider le prochain dispositif qui pourrait s’orienter vers un taux à 20% dans ces zones, contre 40% actuellement.

Quid du Cite ?

Concernant le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE), le président souhaite “mettre sur pied quelque chose de plus intelligent” en 2018. Il a appelé à un “accompagnement en sifflet”, c’est à dire progressif, pour éviter une rupture brutale de la sortie des portes et fenêtres du CITE. Les spécialistes avaient mis en garde contre la destruction potentiel de 6 000 à 9 000 emplois en 2018.
“ Sur le CITE, on se donne un an pour définir les travaux qui resteront éligibles, avec sans doute une baisse du taux de prise en charge”, explique Jacques Chanut, président de la FFB. Celui-ci s’est dit soulagé des annonces du chef de l’Etat estimant avoir été “bien entendu.

 

Le projet du canal Seine-Nord Europe se débloque

Suite à la mobilisation des élus et du monde économique, un compromis a été trouvé avec le Gouvernement pour relancer le canal Seine-Nord-Europe. L’Etat a finalement accepté la régionalisation du dossier laissant ainsi la main aux collectivités. Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, vient d’ailleurs d’être élu président du conseil de surveillance de la société de projet. Le nouveau montage consiste à ce que les collectivités assument la couverture de l’emprunt nécessaire pour boucler le financement du projet et avancent la part de l’Etat pendant deux à trois ans. L’Etat gardera cependant une minorité de blocage. Reste encore à définir les recettes pour rembourser cet emprunt. Si le Gouvernement semble plébisciter une taxe sur l’immobilier de bureaux, Xavier Bertrand a d’ores et déjà exclu l’idée d’une écotaxe. Et de conclure lors d’une grande manifestation avec plus de 500 élus à Amiens la semaine dernière : “nous ne sommes pas encore au bout de nos efforts”.