passeport

Ecologie : Les premiers passeports de la rénovation énergétique testés

La ministre Ségolène Royal a signé mi-novembre avec Gérard Mestrallet, PDG d’Engie, une convention pour l’expérimentation des passeports de la rénovation énergétique dans les territoires à énergie positive. Les passeports fourniront aux personnes qui en font la demande des recommandations de travaux personnalisées afin de les accompagner dans la rénovation de leur logement. Ils comporteront trois volets :
1. Un diagnostic approfondi : le passeport réunit des informations sur la performance énergétique du logement en fonction des besoins des habitants.
2. Des préconisations de travaux personnalisées. Le passeport établit des solutions de travaux adaptées : isolation du bâtiment, remplacement des équipements de chauffage… Il propose un échéancier, détermine les coûts et les économies d’énergie et de facture qui en découlent, et précise les aides et financements possibles pour les réaliser.
3. La présentation des résultats issus des travaux : le passeport prévoit une simulation et une présentation des résultats au ménage afin de faciliter la prise de décision et d’inciter au passage à l’acte.
Les passeports seront réalisés par des entreprises certifiées ou qualifiées « RGE rénovation globale » signataires de la charte d’engagement.
Le programme se met en place à partir du 1er janvier 2016 dans 10 territoires volontaires. Les particuliers propriétaires d’un logement construit avant le 1er janvier 2000 et situé dans un territoire à énergie positive partenaire, pourront bénéficier de l’expérimentation qui prévoit la réalisation de 1000 passeports qui seront gratuits pour les ménages et financés dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE).