lecerf

Département sans le sou

«Il est impensable de relancer l’investissement cette année et il va falloir mettre fin à certaines politiques volontaristes ». C’est un Jean-René Lecerf peu fier qui a tiré le 12 juin dernier les conclusions de l’audit financier qu’il avait commandé à son arrivée à la tête du Conseil départemental du Nord en mars dernier.
Au 31 décembre 2010, l’épargne brute du Département (la différence entre les recettes et les dépenses de fonctionnement) s’élevait à 69 millions d’euros, soit 4,4 % des recettes. Le seuil critique généralement admis est de 7 à 8%. Il était en 2009 de 10 %. Sont passées par là, des dépenses sociales en hausse, la baisse des dotations de l’Etat et une progression en berne des recettes. Présidant un département qui en 2014 n’avait payé que 11 mois de RSA sur 12 (la CAF avait avancé les 19 millions du dernier mois), Jean-René Lecerf en appelle à l’Etat pour suppléer certaines dépenses sociales.
Quant à la taxe sur le foncier bâti (14% des recettes courantes), dernier levier pour remplir les caisses, Jean-René Lecerf s’est refusé d’y toucher… « sauf si on m’apporte la preuve que c’est utile dans le cadre d’un plan d’économie globale ». En matière fiscale, il ne faut jamais insulter l’avenir.