pénibilité-homme-avec-casque

Le compte pénibilité repoussé à 2016

C’est par l’intermédiaire d’une interview aux Echos que le Premier Ministre a fait savoir que le compte pénibilité serait repoussé à 2016 pour tous les postes, à l’exclusion de ceux exposant les salariés aux facteurs suivants : travail de nuit, travail répétitif, travail posté et travail en milieu hyperbar. Concrètement, c’est bien le secteur du bâtiment qui est exclu du dispositif.
Pour un temps ? Oui, car le gouvernement n’annonce qu’un report de la mise en œuvre, le temps que le travail en négociation de branche puisse se faire sur les modalités d’applications. Rappelons que les organisations professionnelles du secteur ont souvent rappelé l’impossibilité d’appliquer la méthode du compte pénibilité au travail sur chantier. Ce dernier étant par nature très varié et pouvant conduire le salarié à de nombreuses taches différentes dans une journée. Difficile en effet de décrire précisément les positions, les charges, les expositions précises de chaque compagnon sur un chantier !

Report ou enterrement ?

Que penser de ce report ? Si l’Etat maintient l’échéance de 2016 – ce qui est fort probable dans le contexte de la conférence sociale -, les syndicats de salariés ne sont pas dupes.
Eric Aubain, secrétaire général de la CGT Construction estimait, au lendemain de l’annonce, dans les colonnes du Moniteur que ce n’était « ni plus, ni moins, qu’un enterrement de première classe ».
Reste que la mobilisation des entrepreneurs du bâtiment contre ce dispositif est de grande ampleur. La FFB a recueilli près de 90 000 pétitions contre le compte pénibilité. Et son président Jacques Chanut de s’énerver, la veille du report, de la politique de l’autruche conduite par le conseiller maître à la cour des comptes, Michel de Virville, chargé par le gouvernement d’imaginer sa mise en œuvre.